« Une affaire complexe »

Le cas des 33 chevaux abandonnés à Boncourt a été transmis au Service cantonal vétérinaire. « Le dossier est compliqué », selon la vétérinaire cantonale. Contactée lundi, Anne Ceppi assure que « le canton se sent très concerné par ce problème ». L’affaire relève du droit privé et le Service vétérinaire ne peut agir que si personne ne s’occupe plus des chevaux. Toutefois, si l’agriculteur qui loue la grange ne nourrit plus les animaux, il risque d'avoir des problèmes : « Juridiquement, Michel Prêtre est responsable puisque c’est lui qui s’est occupé des chevaux jusqu’à maintenant », précise Anne Ceppi. Le canton a demandé l’ouverture d’une procédure judiciaire pour essayer de retrouver le propriétaire des chevaux abandonnés. Le Service vétérinaire devrait décider de la suite en ce qui le concerne vendredi.

Michel Prêtre doit apporter la preuve qu’il a bien loué la grange pour se déresponsabiliser des bêtes. Il a transmis lundi les documents qu’il a échangés avec le détenteur des chevaux au Service vétérinaire. Le propriétaire lésé de la grange, a également porté plainte contre le propriétaire des animaux auprès de la police pour négligence sur les animaux.

Des anciens propriétaires ont reconnu certaines de leurs bêtes ce week-end. Michel Prêtre ne veut toutefois pas les leur laisser actuellement. Il attend d’être couvert juridiquement avant de vendre ou de rendre les chevaux : « c’est ma seule monnaie d’échange », a-t-il justifié lundi. /lbr

Partager
Link
Météo