« Il faut baisser la voilure de l’État »

Le Jura doit continuer ses efforts en matière de fiscalité. Le directeur de la CCIJ, Jean-Frédéric Gerber, a résumé jeudi une étude sur les finances et la fiscalité cantonales. La recherche compare six cantons: Jura, Neuchâtel, Bâle-Campagne, Berne, Fribourg et Soleure. Elle a été mandatée par la Chambre de commerce et d’industrie du Jura et son homologue neuchâteloise pour donner un outil aux élus politiques afin de comparer les finances publiques. L’étude n’a donc pas de volonté d’analyse. Il s’agit plutôt d’une radiographie de la situation actuelle dans les cantons comparés.

L’étude a été réalisée par l’entreprise d’audit PricewaterhouseCooper (PWC). Les experts relèvent notamment que les charges d’exploitation du canton sont les plus élevées en comparaison aux autres cantons. Ils indiquent aussi que les coûts de la santé sont dans le haut du tableau par rapport au nombre de patients. Le Jura impose également l’un des taux les plus élevés d’impôts aux personnes morales. La recherche démontre encore que le Jura reste très tributaire de la péréquation financière et des recettes externes au canton. « Une dépendance risquée mais prise en compte », affirme le directeur de la CCIJ.

Le Jura n’est pas le meilleur élève en matière de finances et de fiscalité mais ce n’est pas le pire non plus. « Il va dans la bonne direction et les autorités se donnent les moyens pour rendre le canton attractif. On a compris qu’il fallait mettre l’accent sur la réduction des dépenses plutôt que sur l’augmentation de la charge fiscale », souligne encore Jean-Frédéric Gerber.

L’étude a été faite pour la première fois, elle va être reconduite tous les deux ans pour permettre une remise à jour régulière et avoir des chiffres précis pour une analyse pertinente. /lbr 

Partager
Link
Météo