Bataille à six pour la mairie de Delémont

La chancellerie de Delémont n’a pas reçu de candidatures de dernière minute. Le délai de dépôt pour l’élection à la mairie est arrivé à échéance lundi soir à 18h. Ils sont donc six à se lancer dans cette course à la mairie. Tous les partis politiques, représentés à Delémont, proposent un candidat. Les différentes sections ont dû se démener pour trouver la perle rare en moins d’un mois, puisque le maire Pierre Kohler a annoncé sa démission le 14 janvier. L’homme politique PDC occupe ce poste depuis 2009. A l’époque, il avait mis fin au règne de la gauche à la tête de la capitale jurassienne qui durait depuis plus de 50 ans.

Place à la campagne pour décrocher ce poste de maire. Et là aussi il faudra faire vite pour convaincre. Le premier tour est déjà prévu le 22 mars et l’éventuel second scrutin le 12 avril. Les six prétendants ne vont pas chômer.

 

Une élection très ouverte

Pour garder son siège, le PDC a choisi de lancer le président du parti au niveau jurassien : Martial Courtet. L’homme de 39 ans vit à Delémont depuis moins de deux ans. Ce court laps de temps pourrait être un handicap de renommée pour le démocrate-chrétien dans cette campagne.

La capitale est historiquement un bastion socialiste. Le PS pourrait donc reprendre le poste que Gilles Froidevaux avait perdu en 2008 face à Pierre Kohler. Et pour se faire, c’est à nouveau Gilles Froidevaux qui repart à l’attaque. Les citoyens redonneront-ils leur confiance à un élu qu’ils ont éjecté il y a 7 ans ? Le défi s’annonce de taille pour le député PS au Parlement.

Le PCSI pourrait profiter de cette situation. Damien Chappuis se présente aussi comme candidat. Le conseiller communal âgé de 35 ans pourrait ratisser large autant à gauche qu’à droite.

Autre membre de l'exécutif qui prend part à la campagne : Esther Gelso du parti CS-POP les Verts. Il s’agit de la seule femme dans cette course, ce qui pourrait s’avérer être un atout en sa faveur.

Le PLR a aussi proposé un candidat en la personne de Pierre Chételat, qui est déjà conseiller de ville. Il a d’ailleurs présidé le législatif l’année passée ce qui a, de fait, augmenté sa notoriété.

Enfin, le dernier venu s’est fait connaître lundi matin. Il s’agit du plus jeune prétendant : l’UDC Jérémie Lobsiger. Âgé de 23 ans, il préside la section des jeunes UDC du Jura.

Pour aider les Delémontains dans leur choix, RFJ met sur pied un débat public le 4 mars à l’hôtel de ville de Delémont. /nqu

Partager
Link
Météo