Ce seront bien 33 licenciements !

Les négociations n’ont pas permis de limiter les licenciements chez Thecla Pun.ch. Le repreneur de Benteler à Saint-Ursanne annonce ce mercredi dans un communiqué que trente-trois emplois seront biffés. Il a donc rejeté le plan social. La direction justifie cette mesure par la perte d’un client important.

L’annonce de ces suppressions de postes était survenue le 17 décembre dernier. Une consultation s’était alors engagée avec la commission du personnel et les syndicats, qui souhaitaient réduire le nombre de départs. La présidente des prud’hommes avait par ailleurs accepté de prolonger le délai de consultation en raison du manque de coopération de la direction de Thecla Pun.ch.

Selon le canton, aucun des travailleurs concernés n’est proche de la retraite et neuf Suisses vont perdre leur travail. Unia va encore essayer d’entrer en matière. Le secrétaire syndical, Raphaël Bourquin, ne se fait pas d’illusion sur le nombre de licenciements, mais il espère que les travailleurs repartent avec une prime.

 

Une communication qui fait défaut

Nous avons tenté en vain de joindre la direction. Nous n’avons pu que contacter le Service de communication à Strasbourg, un autre site du groupe belge Punch Corporation. Mais personne n’était au courant de la situation à St-Ursanne.

Le ministre de l'Economie, Michel Probst, inquiet pour l’avenir de l’usine, a quant à lui eu des informations de la part du responsable de Thecla Pun.ch. Christian G’Styr lui a assuré que l’objectif était de maintenir les emplois. C’est d’ailleurs sur cette note positive que se termine le communiqué de presse : « cette restructuration a été malheureusement nécessaire pour envisager le développement futur avec de nouvelles commandes ».

Du côté d’Unia, on se montre beaucoup plus réservé quant au futur de l’entreprise. /iqu +nqu

Partager
Link
Météo