Moutier recourt contre la fermeture de la RC6

RC6 Zoom sur « RC6 » (touche ESC pour fermer)
Moutier fait recours contre la décision de fermer la RC6 au trafic pendant 11 mois

Moutier s’engage sur la voie juridique pour s’opposer à la fermeture de la route cantonale entre Roches et Choindez. La commune a annoncé mercredi matin qu’elle avait déposé un recours auprès de la Direction bernoise des travaux publics, des transports et de l’énergie, ainsi qu’une opposition auprès du Service jurassien des infrastructures. Le Conseil municipal prévôtois demande aux instances compétentes d’étudier toutes les variantes qui permettraient d’éviter une fermeture complète de la route au trafic, notamment une déclassification du dernier tronçon de l’A16 afin de permettre le transit des véhicules qui ne peuvent pas emprunter les routes nationales. Cette action de la commune n’est qu’une première étape selon le maire de Moutier Maxime Zuber.

Recours intercommunal et soutien sous la Coupole

Moutier prévoit de mener à bout une démarche similaire, mais cette fois en collaboration avec le Conseil intercommunal du Grand Val. Maxime Zuber indique par ailleurs que le levier politique doit être actionné. Une motion a déjà été déposée par la Députation francophone au Grand Conseil bernois. Le maire de Moutier estime toutefois que des actions au niveau communal ou cantonal n’ont que des chances limitées de faire plier l’Office fédéral des routes. C’est pourquoi le Conseil municipal prévôtois envisage de trouver des soutiens auprès de parlementaires fédéraux. Maxime Zuber évoque notamment le nom du Jurassien Claude Hêche élu fin novembre dernier à la présidence du Conseil des Etats.

La balle dans le camp de l’OFROU

L’Office fédéral des routes doit désormais prendre position suite aux multiples levées de bouclier survenues ces dernières semaines à propos de la fermeture de la route cantonale Roches-Choindez. Le recours déposé par Moutier n’a toutefois pas d’effet suspensif. Les travaux pourraient donc débuter avant qu’il ne soit traité par la justice. Maxime Zuber estime qu’il serait politiquement extrêmement problématique que l’OFROU se réfugie derrière cette clause pour ne pas prendre en compte les nombreuses réclamations formulées à l’encontre du chantier prévu sur la RC 6. /ast

 

Partager
Link
Météo