La modification de la LAMal ne changera rien pour le Jura

Le Jura n’est concerné que de loin par le projet de modification de la loi sur l’assurance maladie. Au lendemain de son adoption par le Conseil fédéral, le ministre jurassien de la santé, Michel Thentz, estime jeudi que le canton n’en subira guère les effets au vu de la tendance au manque de médecins spécialistes sur son territoire.

Le Jura a pris les devants

L’élu explique que si le Jura a soutenu le projet en consultation, c’est avant tout par solidarité envers les cantons urbains. Le projet du conseiller fédéral Alain Berset doit en effet remplacer le moratoire pour les médecins spécialistes et permettre aux cantons de réguler eux-mêmes l’installation de cabinets. Dans les cantons où l’offre est en surnombre, il s’agira de prendre des mesures restrictives pour limiter l’ouverture de cabinets. Mais pour les régions plus périphériques où les spécialistes manquent à l’appel dans certains domaines, il s’agira plutôt d’inciter les médecins à venir s’installer.

Or le Jura n’a pas attendu la Confédération en la matière. Une modification de la loi sanitaire intervenue en 2013 vise à encourager la création de cabinets de groupe qui peuvent offrir des conditions intéressantes pour les spécialistes. Quant à d’éventuelles facilités pour l’installation d’un cabinet, Michel Thentz estime que c’est déjà une réalité dans le Jura, où les terrains, les loyers et le coût de la vie sont plus bas.

Un effet ricochet positif

Le ministre jurassien de la santé attend par contre des répercussions aux mesures que pourraient prendre les cantons urbains. Si ceux-ci décident de limiter les ouvertures de cabinets, les médecins spécialistes pourraient se rabattre sur d’autres régions, dont le Jura.

Le projet doit désormais être validé par le Parlement et devrait entrer en vigueur à la fin 2016. /iqu

Partager
Link
Météo