Swatch Group a le sourire

L'entreprise Swiss Timing à Corgémont a accueilli la conférence de presse du Swatch Group jeudi en fin de matinée. Zoom sur « L'entreprise Swiss Timing à Corgémont a accueilli la conférence de presse du Swatch Group jeudi en fin de matinée. » (touche ESC pour fermer)
L'entreprise Swiss Timing à Corgémont a accueilli la conférence de presse du Swatch Group jeudi en fin de matinée.

Le Swatch Group veut poursuivre sa stratégie dans le contexte de l’emballement causé par la montre connectée. Le groupe horloger biennois estime disposer d'un immense savoir-faire dans les domaines de la miniaturisation électronique et de l'autonomie des batteries. C’est ce qu’il a fait savoir jeudi fin de matinée à Corgémont lors d’une conférence de presse.

Swatch vs Apple

Lundi, le géant américain Apple présentait sa montre connectée. Le groupe horloger suisse ressent-il déjà l’impact de l’Apple watch? « C’est surtout un impact médiatique pour le moment » affirme Nick Hayek, président de la direction générale de Swatch Group. « Cette montre n’est même pas encore sur le marché. Il y a une hystérie là autour et moi je trouve ça formidable » a-t-il encore indiqué. Nick Hayek a remercié au passage le géant informatique américain « d'ouvrir un marché, de créer une nouvelle opportunité », notamment aux Etats-Unis où « les gens ne portent plus de montre ».

Cependant, le directeur général de Swatch Group a énergiquement rejeté l'idée, assez répandue, selon laquelle l'horlogerie suisse se serait endormie avant d'apporter une réponse à la menace constituée par l'Apple Watch. « Le smartphone réduit pour le bras, on le laisse aux autres », a-t-il lâché, sûr de lui. À ses yeux, l'autonomie des batteries jouera un rôle central. Et Swatch Group estime jouir de plusieurs coups d'avance, avec son savoir-faire dans les piles et l'électronique.

La « Swatch Touch Zero One » sera lancée cet été. Le prix de ce nouveau produit avoisinera les 135 francs. Facteur important pour l’acheteur : son autonomie. Elle est évaluée entre 9 et 12 mois selon le groupe horloger.

Le bilan de l’année 2014

L'an dernier, Swatch Group a vu son bénéfice net annuel reculer pour la première fois depuis 2009, avec une contraction de plus d'un quart à 1,42 milliard de francs. Le chiffre d'affaires brut a, lui, dépassé la barre des 9 milliards, une première. Près de 800 emplois ont été créés en Suisse, majoritairement dans la production. /seb-ats

Nick Hayek, Président de la Direction générale Swatch Group Zoom sur « Nick Hayek, Président de la Direction générale Swatch Group » (touche ESC pour fermer)
Nick Hayek, le président de la direction générale Swatch Group.

Partager
Link
Météo