Net recul de la criminalité dans le Jura

Police cantonale Zoom sur « Police cantonale » (touche ESC pour fermer)
L'état-major de la police cantonale peut être satisfait. De gauche à droite: Bertrand Schnetz (chef de la PJ), Damien Rérat (commandant) et Gilles Bailat (chef de la gendarmerie).

La police cantonale peut avoir le sourire. La criminalité a sensiblement reculé dans le Jura en 2014. L’état-major a présenté des chiffres réjouissants ce lundi : les infractions au code pénal ont baissé de 20%. Le Jura affiche la plus forte baisse de Suisse, alors qu’il était en 2013 le seul canton à enregistrer une augmentation de la criminalité ! La fréquence des délits est par ailleurs inférieure à la moyenne nationale. Quant au taux d’élucidation, il atteint 38,5%, alors que la moyenne suisse se situe à 30,5%.

Criminalité chez les mineurs en baisse

Le canton a compté 3'604 infractions l’an dernier, contre 4'532 en 2013. La fréquence est de 50,2 délits pour 1'000 habitants (moyenne suisse de 64,6). Elle est de 58,2 dans le district de Delémont, de 48,9 en Ajoie et de 24,5 dans les Franches-Montagnes. Tous les domaines de criminalité liés au code pénal sont en baisse. Les vols ont diminué de 26%, les brigandages de 53% et les dommages à la propriété de 20%. Les infractions contre la vie (aucun homicide en 2014) et l’intégrité corporelle ont reculé de 13%. De leur côté, les infractions aux Lois sur les stupéfiants et sur les étrangers sont stables. A relever aussi cette statistique réjouissante du côté des mineurs : le nombre d’infractions commises a baissé de 35% et la récidive est en diminution.

Le fruit d’un travail sur le long terme

La police jurassienne estime que les bons résultats obtenus sont le fruit de la politique criminelle mise en place avec le Ministère public. Les renseignements ont également été restructurés. Les très bonnes connaissances du terrain des policiers sont aussi un gage de succès, tout comme la très bonne récolte des informations faite sur les lieux d’infractions, qui permet d’établir des analyses rapidement. L’état-major souligne enfin la bonne collaboration avec les partenaires, notamment la gendarmerie française.

Le problème principal pour les forces de l’ordre reste la criminalité itinérante, qui est notamment le fait de ressortissants des pays de l’Est. Les malfrats viennent dans le Jura – principalement depuis la France – commettent des cambriolages, puis repartent immédiatement vers d’autres régions. Il est très difficile pour la police de mettre la main sur ces personnes. /rch

Partager
Link

Galerie photos liée

25.01.2016
Météo