Le choix de la raison pour le PDC delémontain

 Zoom sur «   » (touche ESC pour fermer)
Martial Courtet

Le prochain maire de Delémont ne sera pas PDC. Les démocrates-chrétiens ont décidé mardi soir de ne pas lancer leur candidat pour le deuxième tour de l’élection. Ils estiment que les chances de Martial Courtet d’être élu sont minces. Ils veulent également éviter une triangulaire avec le candidat PCSI Damien Chappuis et la candidate CS-POP et Verts Esther Gelso et donc favoriser la gauche. Pour rappel, Martial Courtet était arrivé en deuxième position lors du premier tour dimanche dernier avec 23% des voix.

Une décision mûrement réfléchie

« Le choix de la raison ». C’est ainsi que Martial Courtet résume la décision prise mardi soir par le PDC de Delémont. Bien sûr, le candidat admet qu’il aurait été intéressant d’aller jusqu’au bout mais les intérêts de la capitale jurassienne priment, selon lui. Dans un premier temps et au vu de son bon résultat, Martial Courtet pensait qu’il serait forcément présent au second tour, nous a-t-il confié. « Je me suis mis à disposition de mon parti mais, depuis dimanche, j’ai entendu beaucoup de conseils avisés des membres de mon parti et c’est important d’être à l’écoute. Les discussions ont d’ailleurs été soutenues et les avis n’étaient pas unanimes, en témoignent les trois heures de débat mardi soir ».

Martial Courtet estime toutefois avoir pleinement joué son rôle de président du PDC Jura. Il rappelle « qu’aucun membre de son parti ne souhaitait se lancer dans la course à la mairie de la capitale ». Pour lui, il a donc pris ses responsabilités.

Une décision dictée par la stratégie politique

De son côté, Pascal Mertenat, le président de la section delémontaine du PDC reconnaît que la stratégie de son parti peut surprendre. Mais il tient à analyser la situation de manière plus fine. Il dénote que les conditions-cadres pour obtenir le meilleur résultat possible lors de ce second tour n’étaient pas réunies.

Pascal Mertenat n’estime pas pour autant que le PDC de Delémont a manqué de courage politique. « Je pense qu’au contraire on a pris une décision courageuse et très difficile. Il y a eu un débat soutenu, ouvert et démocratique. On a pris la moins mauvaise des décisions pour assurer une continuité dans cette ville », conclut-il. /jpp

 

Partager
Link
Météo