Martial Courtet se retire !

Le PDC ne dirigera plus la mairie de Delémont pour cette fin de législature. Martial Courtet renonce à défendre ses chances au deuxième tour de l'élection complémentaire pour la succession de Pierre Kohler, au programme le 12 avril. La section delémontaine du parti a pris cette décision mardi soir, au terme d'une discussion qui a vu des avis très partagés. Martial Courtet s'était en effet classé deuxième du premier tour avec 853 voix (23%), derrière le PCSI Damien Chappuis.

Une triangulaire: une chance pour la gauche

Le PDC a indiqué avoir analysé la situation finement et dans l'intérêt général avant de prendre cette décision. "Avec le résultat obtenu dimanche, Martial Courtet avait la légitimité d'aller au deuxième tour. Mais le fait de présenter deux candidats de droite et de centre-droit dans une triangulaire avec la candidate CS-POP-Verts Esther Gelso aurait donné l'occasion à la gauche de l'emporter. Le PDC n'aurait par ailleurs eu aucune chance de gagner. Nous estimons avoir fait le plein de voix au premier tour", nous a expliqué Pascal Mertenat, le président de la section de Delémont. Et d'ajouter: "De plus, nous n'avons pas obtenu le soutien des autres partis de droite avant de nous prononcer".

Des garanties de Damien Chappuis

Pour expliquer sa décision de ne pas poursuivre l'aventure, le PDC indique aussi avoir obtenu des garanties de la part du candidat du PCSI Damien Chappuis, qui semble aujourd'hui avoir un boulevard devant lui pour accéder à la mairie. "Damien Chappuis s'est engagé à assurer la continuité des projets en cours, notamment le plan d'aménagement local. Il s'est aussi rallié à notre volonté de baisser la quotité d'impôt de 1.95 à 1.90 dès 2016", a déclaré Pascal Mertenat. Malgré ces accords, le parti a décidé de ne pas donner de consigne de vote. Il n'appelle donc pas officiellement à soutenir la candidature de Damien Chappuis.

Si le délai de dépôt des candidatures pour le deuxième tour est fixé à mercredi soir (18h), on peut d'ores et déjà dire que seuls Damien Chappuis (PCSI) et Esther Gelso (CS-POP-Verts) restent dans la course. Avant le démocrate-chrétien Martial Courtet , Pierre Chételat (PLR) a fait part de son retrait lundi soir. Gilles Froidevaux (PS) et Jérémie Lobsiger (UDC) ont jeté l'éponge dimanche, après avoir pris connaissance des résultats du premier tour. /rch

 

Commentaire

Certes, les chances de Martial Courtet d'accéder à la mairie de Delémont étaient minces. Reste que ce retrait ne fait pas du plus bel effet pour le premier parti du canton. L'homme est tout de même le président du PDC Jura et il a terminé excellent deuxième dimanche. Il avait donc toute la légitimité pour aller au deuxième tour. Et pourtant, Martial Courtet a jeté l'éponge. Il va falloir l'expliquer à l'électorat démocrate-chrétien qui s'est massivement mobilisé pour son champion. Le PDC qui laisse tomber la mairie de Delémont détenue par Pierre Kohler sans combattre: la pilule pourrait bien être très dure à avaler, qui plus est à quelques mois des élections cantonales et fédérales.

Même s'il n'a pas donné de consigne de vote, le parti déroule le tapis rouge au PCSI Damien Chappuis. Il va aussi falloir l'expliquer à la base quand on sait qu'à Porrentruy, le tonnerre gronde toujours entre les démocrates-chrétiens et les chrétiens-sociaux. L'affaire de fraude lors de l'élection à la mairie entre Pierre-Arnauld Fueg et Thomas Schaffter est toujours d'actualité.

Au PDC de répondre aux questions qui lui seront sans nulle doute posées. /rch

Partager
Link
Météo