Pas touche aux prérogatives du Conseil de ville

Le Conseil de ville de Porrentruy veut conserver ses prérogatives. Un point sur la crèche de Porrentruy était à l’ordre du jour de la séance jeudi soir. Les élus ont refusé par 23 non contre 15 oui l’octroi systématique des postes de travail éducatifs pour la Maison de l’enfance proposé dans un souci de simplification. L’institution a triplé ses effectifs en l'espace de treize ans, passant de 48 à 132 places. Elle accueille aujourd’hui sur toute la semaine environ 320 enfants à Porrentruy, Coeuve et Fontenais. Ces places ont été accordées par le Canton et de ce fait des postes ont été créés. Mais le législatif communal aurait dû valider à chaque occasion ces emplois supplémentaires. Jeudi soir, les conseillers de ville ont relevé avec mécontentement qu’ils étaient au pied du mur et n’avaient guère d’autre choix que d’avaliser les 12,6 postes déjà opérationnels, certains depuis 2006. Pierre-Olivier Cattin a assuré qu’à l’avenir l’augmentation de l’effectif passerait plus régulièrement devant l’assemblée.

 

Un certain agacement

Un autre point a provoqué l’agacement des conseillers de ville. Le Conseil municipal a présenté un crédit de 144'000 francs pour le Plan directeur localisé du quartier de la gare. Les élus ont validé cette somme, mais à nouveau ils n’avaient pas d’autre choix. En 2011, le budget pour mener à bien ce travail était trop optimiste. Il misait sur le travail des employés communaux, qui n’ont pas pu réaliser cette tâche faute de temps. Le bureau d’étude a donc vu ses honoraires croître. Pour finaliser le dossier, un crédit supplémentaire devait être accepté jeudi soir par le Conseil de ville.

 

Oui à la cafétéria

Le Conseil de ville de Porrentruy s’est aussi prononcé favorablement sur le crédit de 3,6 millions de francs pour la construction d’une cafétéria au Collège Thurmann. Ce dossier devra passer devant le peuple d’ici la fin de l’année. /nqu

Partager
Link
Météo