St-Brais II a du plomb dans l’aile

Le projet de 2e parc éolien sur la commune de St-Brais semble compromis. En juin 2010, les autorités de la commune taignonne avaient annoncé vouloir construire un deuxième parc éolien composé de six machines, à l’est du village. Aujourd’hui, aucune nouvelle turbine n’a poussé à St-Brais. La rédaction de RFJ a donc cherché à savoir si ce dossier avait été enterré ou s’il était toujours en cours.

Un vent favorable mais un projet en attente

Comme dans tout projet éolien, un mât de mesures a été installé afin de pouvoir définir la taille et le nombre exact d’éoliennes à installer. Dans le même temps, Ennova, la société qui gère le projet et qui appartient aux Services industriels de Genève (SIG), a signé des contrats d’exclusivité avec des propriétaires terriens. Aujourd’hui, ces accords sont échus et le mât de mesures a été démonté l’automne dernier.

Selon le maire de St-Brais, Frédy Froidevaux, l’étude de vent est favorable. D’après l’élu, les données analysées seraient même de meilleure qualité que celles de Mont-Crosin. Il estime donc que « C’est un parc à réaliser ! ». De plus, il n’engendrerait que peu de nuisances puisqu’on ne verrait pas les éoliennes depuis le village. Elles se trouveraient dans les côtes du Doubs et seraient donc visibles uniquement depuis Epauvillers ou Epiquerez. Dans cette optique, le projet a d’ailleurs été remodelé pour passer de six à cinq machines.

Malgré le fait que ce projet semble viable aux yeux du maire de St-Brais, il est aujourd’hui en attente. En effet, Frédy Froidevaux explique que sa commune attend le feu vert du canton du Jura, via le plan directeur cantonal, pour aller de l’avant. Les SIG affichent la même retenu. Selon la porte-parole de l’entreprise, le projet n’est pas enterré mais tout dépendra des décisions cantonales.

Un plan sectoriel en construction

Un groupe de travail a été créé début 2013 pour réaliser le plan sectoriel de l’énergie éolienne. Son président, Raphaël Macchi, espère rendre ses conclusions avant cet été mais des pistes se dessinent déjà. Aujourd’hui, le groupe de travail a retenu une vingtaine de sites potentiels pour installer des éoliennes. En parallèle, la conception cantonale de l’énergie prévoit l’installation de 30 éoliennes d’ici à 2035 dans le Jura. Il s’agit donc maintenant d’étudier les meilleurs scénarios possibles en tenant compte de ces deux données.

Or, selon nos informations, St-Brais II ne figure pas dans la liste des endroits retenus. La zone concernée est jugée trop petite selon les critères du groupe de travail. En effet, le but des autorités jurassiennes est de concentrer les éoliennes dans un minimum de lieux. Si un site n’est pas inscrit dans la fiche, le projet ne peut pas se faire. Du coup, St-Brais II semble très fortement compromis.

Une fiche attendue

Au vu des oppositions que les cinq machines existantes sur sol jurassiens ont déjà soulevées, cette fiche est très attendue. Pour le moment, le groupe de travail se base uniquement sur des critères techniques pour définir les zones potentielles. Pratiquement toutes les communes des Franches-Montagnes se sont prononcées contre la construction d’éoliennes sur leur territoire via des interdictions ou des moratoires. Selon le président du groupe de travail, Raphaël Macchi, cette dimension politique sera tranchée par le Parlement jurassien, lorsqu’il devra se prononcer, dans le courant de l’année 2016.

Raphël Macchi explique aussi qu’il reste encore de nombreuses autres questions à régler dans le dossier éolien, notamment au sujet des retombées économiques des turbines, avec un éventuel partage entre les communes concernées. D’ailleurs, un nouvel atelier participatif est prévu, notamment sur cette thématique, le 18 avril prochain.

Prudence chez les opposants

De son côté, Jean-Daniel Tschan, le président de Librevent, l’association qui milite contre l’implantation d’éoliennes industrielles aux Franches-Montagnes, se montre prudent. Il reste dans l’expectative tant que le plan sectoriel n’est pas défini. Il souligne encore que son association est toujours attentive et suit les dossiers éoliens de près. /sbo

Partager
Link
Météo