Une politique proactive pour Pro Natura Jura

Pro Natura Zoom sur « Pro Natura » (touche ESC pour fermer)
Le Clairbief, une des réserves naturelles acquise par Pro Natura Jura.

Pro Natura Jura a tenu son assemblée générale vendredi soir à Courgenay. L’occasion pour l’association de faire le point sur ses activités et ses projets en cours ou à venir. « Pendant de nombreuses années, Pro Natura Jura s’est longtemps démenée pour maintenir la biodiversité sur des terrains qui étaient menacés que ce soit via des remaniements parcellaires, des développements de décharges ou diverses destructions et comblements », explique son président Jacques Villars. « Il est très difficile de suivre tout ce qu’il se passe dans le terrain et en général on constate les dégâts une fois qu’ils sont faits. Du coup, l’association a décidé d’être plus proactive en achetant des terrains afin de les gérer en fonction des critères de la biodiversité », précise Jacques Villars. Pro Natura Jura a ainsi acquis plusieurs surfaces ces dernières années, telles la réserve de Clairbief au bord du Doubs, ainsi que des prairies et des étangs sur la commune de Courtemautruy.

Biodiversité : le Jura mauvais élève

« L’appauvrissement de la biodiversité est encore plus évident dans le canton du Jura », déclare le président de Pro Natura Jura. Jacques Villars réagit au rapport publié mardi 21 avril qui fait état de la situation suisse alarmante malgré les efforts entrepris pour conserver plantes, animaux et habitats. « D’une part, nous bétonnons plus dans le Jura que dans les autres cantons. D’autre part, l’intensification de l’agriculture conduit à la disparition par exemple de prairies et pâturages maigres. Il n’est pas reste pas plus de 5% par rapport à ce qui existait en 1900. Et l’essentiel des destructions ont eu lieu dans les trente dernières années », détaille le président de l’association. /afa

Partager
Link
Météo