Condamnée pour violation du secret de fonction

« Les limites ont été dépassées ». L’ex-agente de la police jurassienne qui comparaissait lundi au Tribunal de première instance de Porrentruy s’est vu infliger une peine de 30 jours-amende à 30 francs avec sursis pendant deux ans. Selon la juge, Lydie Montavon-Terrrier, l’affaire était délicate et peu commune. Elle touchait, en effet, une fonctionnaire de police, qui a d’ailleurs été licenciée suite à l’instruction. La juge a tenu à rappeler que ce n’était pas la personne qui était jugée mais bien les faits.

En octobre 2013, à Cornol, la jeune femme avait demandé la clé d’un immeuble à une amie, l’avertissant qu’une perquisition allait bientôt être menée contre l’un des locataires, soupçonné à l’époque de brigandage notamment. L’amie en question était en fait la petite amie du colocataire de l’individu recherché. Le jour et l’heure de l’intervention avaient été divulgués.

Pour Lydie Montavon-Terrier, l’agente de police est allée trop loin en révélant ces informations. Elle a donc bien violé le secret de fonction. En demandant une clé à une tierce personne, une pratique qui se fait au sein de la police jurassienne, elle aurait dû se limiter à cette requête et ne pas entrer dans les détails. Une fois la peine annoncée, l’avocat de la jeune femme a immédiatement indiqué qu’il allait faire appel.

Quant à l’autre prévenue, l’amie de l’ex-agente, elle a été libérée des charges retenues contre elle. Elle était accusée d’entrave à l’action pénale pour avoir averti l’homme recherché de la venue de la police à son domicile. /jsr

Partager
Link
Météo