LRTV : un comité jurassien milite pour le « oui »

LRTV Zoom sur « LRTV » (touche ESC pour fermer)
Le comité jurassien en faveur de la nouvelle LRTV (de gauche à droite): Philippe Zahno (président des Radios Régionales Romandes), Pierre Steulet (président de BNJ FM), Pierre Chételat (vice-président du PLR Delémont), Claude Hêche (président du Conseil des Etats/PS), Anne Seydoux (Conseillère aux Etats/PDC), Pierre-André Comte (SRT-Jura, rédacteur à Médiatic) et Marcello Del Zio (président des TV Régionales Romandes).

Un comité jurassien monte au front en faveur de la nouvelle LRTV. Il appelle à soutenir la révision de la loi fédérale sur la radio et la télévision, soumise en votation le 14 juin prochain.

Les deux élus du Jura au Conseil des Etats font partie de ce comité. Le président de la Chambre des cantons Claude Hêche (PS) estime que cette révision garantira le financement des médias et assurera le respect des minorités dans un souci de cohésion nationale. Le socialiste estime également que les citoyens seront gagnants, puisque la facture de la redevance par ménage sera de 400 francs contre 462 francs aujourd’hui.  Claude Hêche n’oublie pas les entreprises, puisque huit sur dix seront gagnantes. « 75% des entreprises ne paieront plus de taxes et 9% verront leur taxe baisser », précise l’élu de Courroux. Claude Hêche note enfin que la nouvelle forme de perception de la redevance réduirait fortement les contraintes administratives.

Pas un vote pour ou contre la SSR

Le comité jurassien de soutien à la LRTV dénonce également la campagne des opposants, menée notamment par l’USAM et l’UDC. La Conseillère aux Etats Anne Seydoux (PDC) estime que certains se trompent de combat, puisque le vote sur la LRTV n’est pas un vote pour ou contre la SSR. L’élue delémontaine souligne également que l’avenir de la place médiatique suisse est en jeu. « La Suisse a impérativement besoin de médias forts et innovants. Il s’agit de soutenir ces médias », déclare Anne Seydoux.

Plus à droite de l’échiquier politique, le PLR Suisse ne soutient pas la révision de la loi. Certains élus du parti font toutefois exception, comme Pierre Chételat, ancien président du Conseil de ville de Delémont. « Aujourd’hui, les entreprises sont déjà soumises à la redevance et pourtant, 82,4% d’entre elles n’annoncent aucun récepteur. La nouvelle LRTV répare une injustice faite à tous ceux qui paient normalement leur redevance. Les sommes prévues à l’avenir sont raisonnables. Les Chambres ont adopté un tarif équilibré entre ménages et entreprises », explique Pierre Chételat. Et d’ajouter : « Avec la nouvelle LRTV, les ménages paieront un peu moins et les entreprises un peu plus. Seulement 16% des entreprises paieront davantage, soit les plus grandes ».

Un soutien supplémentaire aux radios et TV régionales

En dehors des milieux politiques, le comité jurassien rassemble aussi la SRT-Jura. Pierre-André Comte, rédacteur à Médiatic, estime qu’en cas de « non » à la LRTV, la diversité culturelle de la Suisse sera mise à mal et sa démocratie s’en trouvera précarisée. Il appelle donc à soutenir les radios et télévisions de service public.

Egalement engagés dans la campagne, Pierre Steulet (président de BNJ FM), Marcello Del Zio (président des TV Régionales Romandes) et Philippe Zahno (président des Radios Régionales Romandes) ont fait part de leurs arguments. Pierre Steulet a rappelé que la nouvelle LRTV permettrait aux radios et TV régionales de bénéficier d’une part variable de 4 à 6% de la totalité des revenus de la redevance au lieu de 4% actuellement. Cette augmentation est, selon lui, un soutien indispensable, notamment pour faire face aux investissements liés à la diffusion en DAB+, qui coûtent très cher aujourd’hui. Pour les télévisions régionales, Marcello Del Zio a expliqué que les moyens dont elles disposent actuellement sont très limités et ne permettent pas une certaine pérennité nécessaire à leur développement, notamment au niveau technologique. /rch

Partager
Link
Météo