Gare de Delémont : entre prudence et optimisme

Les commerces de la gare de Delémont sont à la peine. Les travaux entamés le 16 mars pour le réaménagement de la place causent de nombreux désagréments aux échoppes qui la bordent. Un mois et demi après l’interdiction de circuler, certains commerces éprouvent de la difficulté à tourner.

C’est le cas à La Poste. Selon le responsable de l’office, François Bloque, le service de ticketing permet d’enregistrer les transactions quotidiennes et selon lui, il y aurait actuellement 100 à 150 clients de moins en moyenne par jour ce qui représente une baisse d’environ 20%. Il indique même que certains clients se sont tournés vers d’autres bureaux en vieille ville, à Courtételle ou à Courroux. De son côté, le tenancier du restaurant le Suisse, Nazmi Mehmetaj, constate une diminution de la fréquentation de 25 à 30%.

Les places de parcs sont bien sûr mises en cause pour expliquer ce déclin. Les utilisateurs peuvent aujourd’hui se garer des différents côtés de la gare, mais à environ 50 mètres des commerces. Pour Marie Noëlle Tissot, auxiliaire de vente à Jeans Station, les automobilistes passaient auparavant par son magasin alors qu’ils allaient à La Poste ou à la gare. Ce n’est plus le cas aujourd’hui et la vendeuse craint même pour l’avenir de l’établissement.

Envisager l’avenir sereinement

La première impression est donc plutôt mitigée. Pourtant, tous les gérants ou responsables d’établissements tiennent à rester positif. Pour Roger Veya, directeur de la confiserie Werth, un véritable bilan ne pourra être tiré que dans trois ou quatre mois. Du côté de la Coop Pronto, son gérant Alain Moutet suppose que lorsque les gens auront pris l’habitude de se garer ailleurs, tout rentrera dans l’ordre. Le patron de l’Hôtel Victoria, Roger Kueny, espère même qu’une fois les travaux terminés et la place embellie, les clients seront plus nombreux. /jsr

Partager
Link
Météo