Le Gruyère souffre aussi du franc fort

Une partie du comité de l'Interprofession du Gruyère qui tenait son assemblée des délégués mercredi au Noirmont Zoom sur « Une partie du comité de l'Interprofession du Gruyère qui tenait son assemblée des délégués mercredi au Noirmont » (touche ESC pour fermer)
Une partie du comité de l'Interprofession du Gruyère qui tenait son assemblée des délégués mercredi au Noirmont

L’abandon du taux plancher entre l’euro et le franc suisse, le 15 janvier dernier par la Banque Nationale Suisse, a aussi un impact sur les producteurs de fromage. L’Interprofession du Gruyère tenait son assemblée des délégués mercredi après-midi au Noirmont. Elle regroupe tous les producteurs de Gruyère AOC. Dans la région, une dizaine de fromageries du Jura et du Jura bernois en font, ce qui représente 6% de la production totale.

L’an dernier, sur les 30'000 tonnes de Gruyère produit, plus de 12'300 tonnes ont été exportées, ce qui constitue un record. Pour cette année, les dirigeants sont nettement moins optimistes à cause du franc fort. L’interprofession a décidé de maintenir ses prix, ce qui implique de les augmenter dans la zone euro. Au besoin, la production sera revue à la baisse. Le comité de l’Interprofession du Gruyère reste donc sur le qui-vive et va suivre attentivement l’évolution du marché européen dans les mois à venir. /sbo

Partager
Link
Météo