Des questions autour de Claude-Henri Schaller

Claude-Henri Schaller Zoom sur « Claude-Henri Schaller » (touche ESC pour fermer)
Claude-Henri Schaller

Les méthodes utilisées par le Conseil communal de Val-de-Ruz et Claude-Henri Schaller interpellent. Le nouveau chef du service de l’économie et de l’emploi du canton du Jura siège encore au sein de l’exécutif vaudruzien jusqu’à la fin du mois. Le Conseil communal de Val-de-Ruz est actuellement sous le feu des critiques, notamment pour certaines décisions et les méthodes employées. La nomination de Claude-Henri Schaller à la tête du service de l’économie soulève donc des questions, notamment auprès du député socialiste Loïc Dobler

Le Conseil communal de Val-de-Ruz dans la tourmente

En poste dans le Jura depuis le début du mois, Claude-Henri Schaller aurait joué un rôle notable dans les trois affaires qui ont émaillé dernièrement l’exécutif de la commune neuchâteloise.

Tout d’abord, il y a eu cet arrêté qui demandait que les employés communaux de Val-de-Ruz soient soumis à des contrôles d'alcoolémie inopinés. Suite à cela, deux journalistes de L’Express et L’Impartial, dont les articles ont été jugés inexacts par le Conseil communal vaudruzien, ont été censurés. Des journalistes qui se sont vus signifier leur interdiction de solliciter l’exécutif pour tout autre sujet. Face au tollé provoqué par cette décision, les autorités ont fait marche arrière.

Dernier épisode en date, l’envoi d’une lettre du Conseil communal de Val-de-Ruz à la Ville de La Chaux-de-Fonds pour dénoncer un citoyen vaudruzien, employé par la Métropole horlogère. Il lui est reproché certains propos tenus lors d’un débat public organisé par RTN au sujet de la vente d’un bâtiment communal à Fontainemelon. Des propos qui n’ont pas été du goût de l’exécutif vaudruzien.

Le PSJ réagit

Face à cette succession de décisions contestables, le Parti socialiste jurassien, par l’intermédiaire de Loïc Dobler, interpelle le Gouvernement via une question écrite déposée vendredi auprès du Parlement. Le député demande s’il faut s’attendre à voir certaines méthodes prônées par le Conseil communal de Val-de-Ruz, à l’intérieur duquel siège Claude-Henri Schaller, s’appliquer dans le Jura.

Michel Probst tempère

De son côté, Michel Probst rappelle qu’il s’agit de décisions prises par un exécutif communal, en l’occurrence celui de Val-de-Ruz, et qu’il n’entend pas les commenter. Il ne regrette pas l’engagement de Claude-Henri Schaller et indique que l’homme dispose de compétences très reconnues. Le nouveau chef du service de l’économie et de l’emploi du canton du Jura a notamment été le conseiller personnel de deux Conseillers fédéraux, rappelle Michel Probst. Le ministre jurassien de l’Économie indique également que Claude-Henri Schaller a déjà pris des contacts avec ses collaborateurs et des partenaires économiques et que les premiers échos sont bons. Michel Probst ne craint donc pas que les affaires dans la commune de Val-de-Ruz nuisent à l’image du canton du Jura. /jpp

Partager
Link
Météo