Deux ans de prison pour le brigandage des Vacheries

Palais de justice Zoom sur « Palais de justice » (touche ESC pour fermer)
La justice jurassienne a rendu son verdict dans une affaire de brigandage aux Vacheries, sur la commune des Genevez.

Le Tribunal pénal de première instance, à Porrentruy, a rendu son verdict mardi, en fin de matinée, dans le brigandage commis le 18 août 2012 aux Vacheries, sur la commune des Genevez. Le ressortissant serbe de 74 ans qui a comparu jeudi a été condamné à deux ans de prison ferme alors que la procureure réclamait une peine de trois ans et demi. Il a été reconnu coupable de brigandage en tant que coauteur pour avoir été le chauffeur de la bande qui avait agressé un couple de personnes âgées dont le mari est décédé en janvier dernier. Il devra également s’acquitter de 30'000 francs d’indemnités pour tort moral en faveur des victimes. L’homme a en revanche été libéré des accusations de brigandage qualifié et de séquestration. L'avocat du prévenu devrait faire appel.

Des requins et un poisson pilote

Le juge Chappuis a usé de la métaphore pour évoquer le rôle du prévenu. « Une bande de requins a toujours besoin d’un poisson pilote » selon les termes qu’il a utilisés lors de l’énoncé du jugement. Pour les juges, le prévenu a bel et bien agi en tant que coauteur. L’homme a servi de chauffeur à ses comparses qui ont agressé le couple de personnes âgées. La Cour se base sur « un faisceau d’indices concordants », notamment sur la présence de l’ADN du prévenu retrouvé sur les menottes qui ont servi à entraver une des victimes. L’homme a également loué une voiture dans la période qui couvre les faits et entretenait des liens avec les autres membres de la bande.

Le prévenu n’a toutefois pas participé directement à l’agression. Les accusations de brigandage qualifié et de séquestration n’ont donc pas été retenues contre lui. Par ailleurs, les juges n’ont pas cru aux justifications de l’accusé qui avait indiqué notamment qu’il se trouvait en Serbie au moment des faits. Elles ont été qualifiées de « mensongères ou farfelues » par le juge Chappuis.

Par ailleurs, le lourd passé du prévenu n’a pas non plus plaidé en sa faveur. L’homme a déjà été condamné à de multiples reprises à l’étranger pour escroquerie ou faux dans les titres, entre autres, et qui a déjà été condamné à 49 ans de prison au total.

Probablement pas la fin de l’affaire

Le prévenu a déjà passé 700 jours en détention préventive et a été maintenu en prison suite à l’énoncé du jugement. Il sera remis aux autorités françaises pour répondre d’autres faits.

Pour le juge Chappuis, le verdict du Tribunal permettra de clore « un des chapitres les plus sombres de l’histoire de la criminalité dans le canton ». La bande à laquelle appartenait l’accusé avait déjà commis un premier brigandage sur les mêmes victimes cinq mois plus tôt et plusieurs de ses membres sont aujourd’hui emprisonnés en France. Reste que l’affaire ne devrait pas en rester là. L’avocat du prévenu a indiqué qu’il allait « très probablement » faire appel du jugement rendu mardi matin pour le second brigandage perpétré le 18 août 2012 aux Vacheries. / fco


 

Partager
Link
Météo