Sibir’elles fête ses 50 stages

Les participantes du stage de Sibir'elles, accompagnées d'animatrices lors de leur dernier cours. Zoom sur « Les participantes du stage de Sibir'elles, accompagnées d'animatrices lors de leur dernier cours. » (touche ESC pour fermer)
Les participantes du stage de Sibir'elles, accompagnées de leurs animatrices lors de leur dernier cours.

Huit femmes ont participé au 50e stage de l’association Sibir’elles. Les cours durent huit semaines environ, à raison d’un jour par semaine. Pour ce semestre, ils se sont terminés jeudi au Centre Saint-François à Delémont. Sibir’elles existe dans le Jura depuis 1981 et son but est d’offrir de nouvelles ouvertures aux femmes qui n’ont pas eu de contacts avec le monde du travail depuis quelques années. Les stages sont aussi ouverts à celles qui veulent se resituer professionnellement, se situer personnellement, faire le bilan de leurs compétences ou réfléchir à leur réinsertion professionnelle ou sociale.

Lucine Jobin était présente au terme de ce 50e stage pour parler des débuts de Sibir’elles. Il faut dire qu'elle a participé à sa création il y a près de 25 ans. Pour elle, « rien n’a changé et les femmes qui viennent participer à ces cours rencontrent toujours les mêmes difficultés, ce sont souvent des femmes qui ont élevé leurs enfants à la maison et qui veulent trouver un travail, ce qui n’est pas facile ». Pourtant certaines évolutions ont tout de même eu lieu dans la société estime Anne Seydoux-Christe, présidente de l’association : « Aujourd’hui la plupart des femmes ont un travail rémunéré, même si ce n’est que partiel. Mais si les femmes travaillent toujours plus, ce sont tout de même elles qui occupent les fonctions ménagères à la maison ». Et les hommes qui restent à la maison dans tout ça ? Nicole Schaffter est animatrice pour Sibir’elles, elle l’avoue : « De plus en plus d’hommes téléphonent pour savoir ce que propose l’association. Sibir’elles existe pour les femmes, mais pourquoi pas un Sibir’lui ». /lbr

Partager
Link
Météo