Condamné à une peine légère

Une peine à la hauteur de sa situation. Un homme a été condamné à payer 180 jours-amendes à 10 francs par le Tribunal pénal de première instance à Porrentruy. L’homme a été reconnu coupable de plusieurs chefs d’accusation qui se sont déroulés entre 2012 et 2014 dans les Franches-Montagnes. Il a notamment frappé son ex-amie lors d’une relation sexuelle et a coincé son bras dans une fenêtre. Il a en outre injurié à plusieurs reprises une autre plaignante l’a traitant de « pute » ou de « salope ». Il a également été condamné pour avoir violé une interdiction d’établissement au kiosque de la gare de Saignelégier.

La peine est néanmoins légère et ceci en raison de l’état du prévenu. La juge, Corinne Suter, l’a admis, elle ne pouvait guère condamner plus sévèrement l’homme qui comparaissait vendredi. Pour expliquer son choix, elle a mis en avant le parcours extrêmement chaotique de cet homme âgé de 37 ans abusé sexuellement étant petit, qui a tenté de se suicider à plusieurs reprises et qui aujourd’hui a sombré dans l’alcoolisme. Son avocate avait d’ailleurs plaidé l’irresponsabilité totale due à l’alcool, mais c’est finalement une responsabilité partielle qui a été retenue dans plusieurs cas.

Selon la juge, « le Franc-Montagnard déraille certes souvent, a un comportement inapproprié, profère de vilaines paroles mais il n’est pas un prédateur sexuel ». Elle a donc décidé de suivre les recommandations du Ministère public en imposant 180 jours-amendes à 10 francs. Un montant qui correspond à la situation du coupable qui est à l’aide sociale. Il devra par ailleurs s’acquitter d’une amende contraventionnelle de 1'000 francs, et de 1'000 francs à l’une des victimes pour tort moral. Il risque une peine ferme s’il ne s’acquitte pas de ces frais. /jsr

Partager
Link
Météo