Travaux de fusion suspendus à Courroux

Pas de fusion pour Courroux dans l’immédiat. L’exécutif a dévoilé lundi soir lors de l’assemblée communale les résultats d’un sondage. Il portait sur la possibilité pour la commune de s’unir avec Val Terbi, avec Delémont et sa couronne ou rester seul. Le maire de Courroux était en direct le lendemain dans la matinale pour présenter les chiffres.

 

Une population partagée

Une situation kafkaïenne, c’est ainsi que l’institut de sondage résume les résultats. 36% des sondés refusent une fusion avec Val Terbi, même pourcentage pour un rapprochement avec Delémont. Et toujours 36% de la population réclame le statu quo. Dans ces conditions, le Conseil communal de Courroux a décidé de suspendre pour le moment leur participation dans les différents processus de fusion. Le maire Alain Guédat souligne qu’environ 60% de la population refuserait, en cas de vote, l’un ou l’autre des deux rapprochements. Selon lui, « on n’est pas mûr à Courroux » pour parler fusion. Et de rajouter, « on verra bien ce qu’il adviendra par la suite ».

 

La porte reste ouverte

Contacté dans la matinée, le maire de Val Terbi prend acte de cette décision. Mais Michel Brahier refuse de commenter ce résultat avant d’avoir l’occasion d’en parler avec son homologue de Courroux. Pour le moment, Val Terbi se consacre au projet de fusion avec Corban. Courroux participait à ce comité en tant qu’observateur, mais la porte reste ouverte selon Michel Brahier.

Même réaction du côté du comité de fusion de Delémont et sa couronne. Son président souhaite en discuter avec les autres maires avant de communiquer. Christophe Riat rappelle que Courroux était une commune observatrice dans ce processus qui se veut ouvert. Chaque membre peut d’ailleurs se déterminer à tout moment sur son maintien au sein de ce projet. /ncp

Partager
Link
Météo