Philip Morris lance sa nouvelle cigarette en Suisse : méfiance des experts

Philip Morris Zoom sur « Philip Morris » (touche ESC pour fermer)
Le nouveau produit iQOS de Philip Morris.

Un nouveau concurrent aux cigarettes traditionnelles et électroniques débarque dans les kiosques suisses. Philip Morris a lancé la semaine passée son système qui chauffe le tabac au lieu de le brûler. Une technologie développée dans le pôle de recherche du cigarettier à Neuchâtel. Philip Morris a investi plus de 2 milliards de dollars depuis 2008 pour élaborer un produit moins nocif pour la santé.

L’absence de combustion permet de réduire considérablement les substances toxiques confirme Jean-François Etter, professeur de santé publique à l’Université de Genève. Cette cigarette lui paraît intéressante pour aider les fumeurs à stopper leur consommation en leur faisant inhaler moins de produits nocifs.

Mais pour se forger une réelle opinion sur les effets de cette cigarette il est important de mener des études indépendantes, souligne Jean-François Etter. Il faudrait notamment déterminer quel est son impact sur la santé, quelle influence peut avoir ce produit sur les jeunes ou les non-fumeurs, et s'il peut jouer un rôle dans des démarches de diminution et d'arrêt de consommation du tabac.

Pour la Ligue pulmonaire, l'idée de chauffer le tabac au lieu de le brûler est intéressante. Mais son porte-parole, Grégoire Vittoz, se méfie des inventions de l'industrie du tabac. Les produits vendus jusqu'ici comme moins nocifs par les cigarettiers se sont révélés tout aussi dangereux pour la santé sur le long terme. Si de la nicotine se dégage du tabac chauffé, d'autres substances nocives pourraient aussi être émises estime Grégoire Vittoz, qui réclame à son tour des études indépendantes. /mvr

Partager
Link
Météo