Année de reconquête à Saint-Charles

C’est la rentrée pour le Collège Saint-Charles. Comme à l’accoutumée, l’établissement privé situé à Porrentruy reprend ses cours une semaine après l’école publique. Cette année scolaire est particulière puisqu’il s’agit de la première rentrée depuis le printemps mouvementé suite au licenciement abrupt de l'ancien recteur Jean-Paul Nussbaumer. Ce dernier a été remplacé quelques semaines par un recteur intérimaire avant qu’une nouvelle rectrice, Carmen Kocher, soit nommée à la mi-mai.

Ce lundi dans La Matinale, Jean-Baptiste Beuret a déclaré que « l’ambiance est meilleure qu’au printemps, elle est même très bonne ». Le président du Conseil d’administration estime que « la situation s’est stabilisée dans le corps enseignant. Je perçois un apaisement manifeste ».

Vingt élèves de moins

N'empêche que les évènements du printemps ont eu des répercussions sur l'image du collège et cette rentrée 2015. Saint-Charles a subi une érosion d’une vingtaine d’élèves. « C’est moins que ce que nous craignions », précise Jean-Baptiste Beuret. Ce lundi, ils seront 200 à aller s’asseoir sur les bancs de l’école, parmi lesquels une cinquantaine de lycéens et une trentaine d’internes, qui proviennent principalement de Suisse. « Nous n’avons pas réussi à percer dans la région parisienne comme nous le souhaitions », regrette le président. La distance et le coût semblent être les raisons de cet échec. Saint-Charles va-t-il persister ? « Nous allons plutôt être attentifs à accueillir des Français qui vivent proche de la frontière ».

Mais la priorité des dirigeants est désormais de reconquérir la confiance des parents d’élèves, dont bon nombre ont été déçus voire fâchés. « C’est clairement une année de reconquête pour nous, reconnait Jean-Baptiste Beuret. Nous allons créer une association de parents prochainement. » /clo

Partager
Link
Météo