Des clowns au service des malades

Fondation Théodora Zoom sur « Fondation Théodora » (touche ESC pour fermer)
Image: Stéphane Etter

Des clowns rendus obligatoires dans les hôpitaux. Cette mesure a été adoptée en Argentine, dans la province de Buenos Aires, la semaine passée. Une loi oblige ainsi les hôpitaux à embaucher des clowns dans les services de pédiatrie. Ceux-ci sont engagés pour amuser les enfants malades. C’est la première fois dans ce pays que les pouvoirs publics légifèrent en la matière.

Une Neuchâteloise qui a le sourire

« C’est une très bonne nouvelle » indique Séverine Moser, originaire de Neuchâtel, et clown d’hôpital à Buenos Aires depuis 2010. « C’est important que ce travail soit enfin légalisé et reconnu ». Elle ajoute qu’en Argentine, la solidarité, le jeu et la joie de vivre font partie intégrante de la société. Il est donc plus facile d’adopter une telle loi.

Pas nécessaire en Suisse

En Suisse, la Fondation Théodora, qui emploie des artistes-clowns, est active dans 55 hôpitaux et institutions. Son directeur, André Poulie, note que la loi édictée à Buenos Aires est un signe positif car il permet de reconnaître la qualité de cette activité. Il indique cependant qu’une telle mesure n’est pas nécessaire ici. Le financement de l’organisme est basé sur des dons et l’objectif n’est pas de dépendre d’un budget étatique.

Dans le canton, l’Hôpital du Jura travaille depuis des années avec deux partenaires, la Fondation Théodora et le Chariot Magique. Trois fois par semaine, des soignants ou des artistes déguisés en clowns viennent visiter les enfants hospitalisés. Il est important que cette pratique soit maintenue, selon Olivier Guerdat, responsable de la communication. « Le sourire et le rire ont une valeur thérapeutique, cela est reconnu ». /jsr

Le témoignage de Séverine Moser, clown d’hôpital à Buenos Aires

Partager
Link
Météo