Droit de cité : le Gouvernement jurassien fait machine arrière

Parlement jurassien, Michel Probst Zoom sur « Parlement jurassien, Michel Probst » (touche ESC pour fermer)
Le ministre jurassien de l'économie, en charge de l'état civil, Michel Probst.

Le Gouvernement jurassien revient sur ses pas en matière de droit de cité. Il va bientôt transmettre au Parlement jurassien le projet de révision partielle du Décret sur la fusion des communes, selon un communiqué diffusé lundi. Concrètement, l’intention est de mentionner le nom de l’ancienne commune d’origine avant le nom de la nouvelle entité issue de la fusion qui se trouvera, elle, entre parenthèses. Exemple : Bassecourt sera écrit en premier et Haute-Sorne après. Le ministre jurassien de l’économie, Michel Probst, a entendu dire que « ce procédé pourrait, à l’avenir, encourager les fusions de commune dans le canton ». Pourtant, au départ, l’exécutif cantonal avait proposé le contraire au niveau de l’ordre d’apparition des noms.

« Le Gouvernement entend profiter des innovations informatiques. De nos jours, on dispose de la possibilité d’enregistrer automatiquement la base des données dans le programme de l’état civil fédéral, ce qui n’était pas le cas auparavant » divulgue Michel Probst. De plus, le ministre de l’économie explique que cette démarche a notamment été soutenue par les diverses bourgeoisies. Le Parlement jurassien devrait se prononcer sur cette question d’ici la fin de l’année. /bbo

Partager
Link

Galerie photos liée

26.10.2016
Météo