Les enfants migrants intègrent les classes du canton

Ecole de Courrendlin Zoom sur « Ecole de Courrendlin » (touche ESC pour fermer)
Une dizaine d'enfants migrants en âge de scolarité fréquente actuellement l'école de Courrendlin.

Ils ne connaissent encore rien ni de la Suisse, ni de la langue française... Ils comptent pourtant déjà parmi les élèves du canton. Dans la région, c’est l’Association jurassienne d’accueil des migrants (AJAM) qui s’occupe de la première intégration des enfants. Ceux-ci sont insérés dans le cursus scolaire dès leur arrivée dans une structure de 2e accueil. Selon le responsable du centre de Courrendlin, plus les enfants sont jeunes, plus ils s’intègrent vite et apprennent la langue.

" Les centres de l’AJAM proposent aux migrants des devoirs surveillés parents - enfants" (Julien Thonon, responsable du centre de Courrendlin)

La scolarisation et l’aide octroyée aux enfants migrants sont à analyser au cas par cas explique Julien Thonon. « Certains intègrent directement une classe normale adaptée à leur âge, d’autres, comme les adolescents, sont pris en charge à Porrentruy dans une classe allophone. » ajoute le responsable. Les centres de l’AJAM proposent aux familles des leçons d’aide aux devoirs. Les enfants et les parents sont invités à les suivre.

Les migrants dans le Jura, leur route étape par étape

Arrivée en Suisse

Centres d'enregistrement et de procédure en Suisse Zoom sur « Centres d'enregistrement et de procédure en Suisse » (touche ESC pour fermer)
Les centres d'enregistrement et de procédure en Suisse.

Aux frontières helvétiques, les requérants d’asile adressent leur demande à l’un des cinq centres d’enregistrement et de procédure (CEP) du Secrétariat d’État aux migrations (SEM). C’est là que débute la procédure d’asile. Plusieurs contrôles et examens sont effectués. Les requérants d’asile sont habituellement entendus sur les motifs de leur migration. Toutefois, selon Julien Thonon du centre de Courrendlin, les entretiens ont été supprimés récemment au vu du trop grand nombre de demandes. Les demandeurs d’asile peuvent rester dans les CEP jusqu’à trois mois. Ils sont logés sur place.

Transfert dans le Jura

Afin de laisser davantage de temps au Secrétariat d’État aux migrations pour se prononcer sur une demande, les requérants d’asile sont attribués à des cantons selon une clé de répartition et reçoivent alors un permis N. Il vaut jusqu’à ce qu’une décision sur la demande d’asile soit prise. Les migrants qui arrivent dans le Jura passeront alors par trois niveaux d’intégration :

  • 1er accueil : les migrants sont d’abord tous envoyés à Belfond sur la commune Goumois. Ils disposent là d’un encadrement rapproché et de cours de français quotidiens intensifs.
  • 2e acceuil : les requérants d’asile sont par la suite répartis dans les différents centres du canton. Ils sont logés dans des appartements meublés et reçoivent de la literie, des sacs taxés ainsi qu’un kit de nettoyage et de cuisine. Les enfants sont scolarisés à cette étape-là et aidés par les centres de l’AJAM pour les devoirs.
  • 3e accueil : le Secrétariat d’État aux migrations a rendu son verdict. Si le statut de « réfugié reconnu » ou l’asile est octroyé, la personne peut bénéficier d’un permis de séjour (B ou F) et signer un contrat de bail pour un appartement en son nom. Si l’asile est refusé, le migrant peut être forcé de rentrer dans son pays d’origine ou de provenance.

Centres de 2e accueil pour les migrants dans le Jura Zoom sur « Centres de 2e accueil pour les migrants dans le Jura » (touche ESC pour fermer)
Les centres de 2e accueil pour les migrants dans le Jura

Les centres sont chargés mais la situation reste maîtrisée dans le Jura

L’Association jurassienne d’accueil des migrants recherche actuellement des solutions pour faire face aux nombreuses arrivées, précise Julien Thonon. Il tient toutefois à relativiser la situation dans la région. Le Jura accueille environ 10 personnes chaque semaine, ce qui représente 1 % du nombre total de migrants en Suisse. /aro

Partager
Link
Météo