Un nuage noir dans le ciel bleu de l’HJU

Il a été beaucoup question de l'HJU lors de l'Assemblée extraordinaire du SIDP Zoom sur « Il a été beaucoup question de l'HJU lors de l'Assemblée extraordinaire du SIDP » (touche ESC pour fermer)
Il a été beaucoup question de l'HJU lors de l'assemblée extraordinaire des délégués du SIDP

L’Hôpital du Jura est venu rassurer les maires ajoulots. Le directeur général et le directeur médical de l’institution étaient invités lundi soir à l’assemblée extraordinaire des délégués du Syndicat intercommunal du district de Porrentruy pour parler de sécurité sanitaire et de l’avenir du site bruntrutain. Si ces deux points ont été traités sur un ton rassurant, le directeur général de l’HJU, Kristian Schneider, a fait part de ses craintes au moment d’aborder la hausse des primes maladie pour l’année prochaine dans le Jura.

Le citron a été assez pressé

Un effet secondaire qui pourrait avoir de lourdes conséquences. Kristian Schneider a fait part de ses inquiétudes en ce qui concerne l’institution. L’augmentation des primes maladie risque d’avoir un impact sur le budget du canton qui pourrait « se répercuter sur le budget attribué à des prestations d’intérêt général pour l’HJU ». Selon lui, un tel impact sur l’institution pourrait la mettre en péril : « Les collaborateurs de l’HJU ont déjà fourni beaucoup d’effort, je crains qu’ils n’aient plus d’énergie s’ils doivent encore faire des efforts ».

Le site bruntrutain en pole position

« Le site de l’Hôpital du Jura à Porrentruy est celui dont l’avenir est le plus assuré ». Kristian Schneider l’a affirmé lundi soir devant les maires ajoulots. Il a rappelé les projets déjà mis en route pour le site bruntrutain.

Le chef de l’HJU a également démontré aux personnes qui craignent pour les emplois à l’hôpital que depuis 2012, aucune place de travail n’avait été supprimée à Porrentruy : « nous ne sommes pas en train de détruire le site, au contraire ».

Le Dr Yannick Mercier, directeur médical et médecin chef du service d’anesthésiologie a, lui aussi, voulu effacer les craintes de la population en ce qui concerne la sécurité sanitaire. Il a expliqué que le sentiment de sécurité sanitaire de la population ne correspondait pas forcément aux prestations fournies. Par exemple, « si les urgences ferment la nuit mais qu’on a un meilleur système mis en place pour répondre aux besoins, les gens vont tout de même avoir peur et ne pas en vouloir ».

Budget accepté pour la patinoire

La présentation et l’acceptation du budget de la patinoire étaient également à l’ordre du jour du SIDP. Les maires ajoulots l’ont accepté à l’unanimité. /lbr

 

Partager
Link
Météo