Un parc éolien dans chaque district jurassien d’ici 2035

Trois parcs éoliens pour produire de l'énergie jurassienne Zoom sur « Trois parcs éoliens pour produire de l'énergie jurassienne » (touche ESC pour fermer)
Le Gouvernement jurassien a choisi trois sites prioritaires pour le développement éolien.

Le virage vers les énergies renouvelables entre dans une nouvelle étape. Le Gouvernement jurassien a mis en consultation publique lundi deux fiches révisées du plan directeur cantonal relatives à l’énergie éolienne et à la force hydraulique. Toutes deux permettront au canton du Jura de disposer des conditions-cadres nécessaires à la mise sur pied de la conception cantonale de l'énergie (CCE) adoptée en mai dernier par le Gouvernement. Deux groupes de travail ont été constitués afin de présenter une analyse globale et complète de la situation dans le canton. Ils ont fixé des objectifs à atteindre d’ici 2021 et 2035.

L’énergie éolienne…

Est considérée comme la source énergétique la plus prometteuse pour le canton du Jura selon Raphaël Macchi, président du groupe de travail en charge du Plan sectoriel éolien (PSEol). Présentée lundi matin devant la presse, la fiche 5.06 sur l’énergie éolienne propose une solution sur trois sites : Bure, Bourrignon-Haute Borne ainsi qu’un secteur franc-montagnard situé entre Les Bois et Les Breuleux sur la commune du Peuchapatte.

Eoliennes Zoom sur « Eoliennes  » (touche ESC pour fermer)
Planification de l'énergie éolienne dans le canton du Jura d'ici 2035

Ces trois « grands parcs » éoliens abriteraient chacun entre cinq et dix turbines. Ce scénario a été privilégié par les experts, entre autres car il permettrait dans un premier temps de limiter les impacts, car les éoliennes seraient concentrées dans certains endroits. D’autres critères ont été pris en compte selon Raphaël Macchi tels que les nuisances sonores, l’étude paysagère, le raccordement électrique, l’accès au site, ou encore d’autres dimensions environnementales, sociales et économiques.

Deux autres sites de réserve ont également été annoncés. Ils se situent en Haute-Ajoie ainsi qu’à Rebeveulier-Val Terbi. Ces derniers pourront faire l’objet d’une planification si l’un des trois sites dits « prioritaires » n’est pas envisageable ou encore dans le cas où les objectifs énergétiques de la CCE ne sont pas atteints.

Objectifs pour l’énergie éolienne :

  • 2021 : 80 GWh supplémentaires par année
  • 2035 : 150 GWh supplémentaires par année

À titre de comparaison, l’ensemble de la population du canton du Jura consomme annuellement 500 GWh.

Concernant l’exploitation de la force hydraulique…

Il s’agit de produire davantage d’énergie propre mais également de protéger les cours d’eau. Responsable du Domaine Nature à l’Office de l’environnement, Laurent Gogniat était chargé de mener l’analyse. Son équipe a tout d’abord mené un état des lieux détaillé des installations présentes, puis a mis dans la balance différents critères comme la présence d’espèces menacées. Pour Laurent Gogniat, le secteur du Doubs serait le plus apte à produire de l’électricité. Il relativise toutefois :

« Par la nature de ses cours d’eau, le potentiel hydraulique du Jura reste faible. » (Laurent Gogniat)

L’ordre de priorité pour le développement de l’hydroélectricité sera premièrement d’augmenter la production des centrales existantes, de réaffecter ensuite les sites actuellement abandonnés et en dernier lieu de créer de nouvelles centrales.

Objectifs pour la production d’hydroélectricité :

  • 2021 : 5 GWh supplémentaires par année
  • 2035 : 10 GWh supplémentaires par année

Les installations déjà existantes sur le Doubs permettront selon Laurent Gogniat d’atteindre le premier objectif.

Philippe Receveur en direct sur RFJ

Laurent Gogniat, Philippe Receveur et Raphaël Macchi Zoom sur « Laurent Gogniat, Philippe Receveur et Raphaël Macchi » (touche ESC pour fermer)
Laurent Gogniat, Philippe Receveur et Raphaël Macchi lors de la conférence de presse sur le développement de l'énergie éolienne et hydrauliques dans le Jura.

En direct dans le journal de 12h15 lundi, le ministre jurassien de l’Environnement et de l’Equipement, Philippe Receveur, explique comment il compte convaincre les plus réticents au projet éolien (uniquement depuis un ordinateur) :

Prochaines échéances

Dans le cadre de cette mise en consultation, la parole est donnée de manière publique à chacun d’ici au 15 décembre 2015. Une fois le délai passé, le Gouvernement devra décider du contenu définitif des deux fiches. Elles seront soumises par la suite au Parlement, avant de recevoir l’aval de la Confédération. /aro

La réaction de deux acteurs concernés

Bure, Bourrignon-Haute-Borne et le Peuchapattte. Ce sont les trois endroits privilégiés pour accueillir des parcs éoliens à l’avenir. Entre 5 et 10 mâts pourraient être implantés sur chaque lieu selon la fiche révisée 5.06. Un vent de révolte souffle donc chez le président de Librevent, l’association qui milite en faveur de la sauvegarde des paysages aux Franches-Montagnes et dans les régions limitrophes. La réaction de Jean-Daniel Tschan. (uniquement depuis un ordinateur)

Au niveau des autorités communales concernées, le maire de Muriaux Pierre-André Gigon était tout étonné d’apprendre lundi que de nouvelles éoliennes pourraient être installées au Peuchapatte. En revanche du côté de Bourrignon, le son de cloche n’est pas le même. Le maire Michel Eggenschwiler. (uniquement depuis un ordinateur)

Partager
Link
Météo