La colonie du Cerneux-Godat attendra

Le Conseil général de Haute-Sorne Zoom sur « Le Conseil général de Haute-Sorne » (touche ESC pour fermer)
Le Conseil général de Haute-Sorne

Haute-Sorne délie les cordons de la bourse. Plusieurs gros crédits ont passé la rampe du Conseil général, mardi soir à Soulce. Le crédit pour la rénovation partielle de la colonie de vacances du Cerneux-Godat n’a par contre pas obtenu l’aval des députés, qui ont souhaité un report de ce vote.

Une meilleure protection contre les crues

Pas d’hésitation pour les conseillers généraux qui ont facilement approuvé le crédit d’étude de 60'000 francs pour la 2e étape des travaux de prévention contre les crues de la Combe du Bez à Glovelier. Il a par contre fallu les arguments de trois conseillers communaux, d’un spécialiste et du maire pour convaincre les élus d’adopter le crédit de 390'000 francs destiné au plan directeur localisé de l’aménagement et la prévention contre les crues du Tabeillon. Des représentants du PCSI et de l’UDC auraient souhaité ne se prononcer dans un premier temps que sur le montant nécessaire à l’étude préliminaire. Côté socialiste, l’éventualité de faire participer les futurs propriétaires fonciers a également été lancée. Au final, c’est tout de même à une majorité évidente que l’objet a passé la rampe.

Un projet mieux ficelé

Les conseillers généraux ont par contre renvoyé le Conseil communal à sa copie concernant la colonie du Cerneux-Godat. Les préavis négatifs des commissions concernées, qui souhaitaient que des propositions d’améliorations soient intégrées au projet, ont interpelé les élus. Plusieurs d’entre eux sont intervenus pour demander un report du vote, afin d’obtenir une proposition plus globale et clarifiée. C’est dans cette optique que la demande de crédit, d'un montant de 135'000 francs, a été refusée nettement.

Les migrants à accueillir

Au moment des questions orales, l’accueil des migrants a fait l’objet de deux interventions. La socialiste Yvonne Lucchina et le PCSI Vincent Voyame voulaient savoir ce que la commune serait prête à entreprendre pour aider des réfugiés. Le maire, Jean-Bernard Vallat, a indiqué que le Conseil communal n’avait reçu aucune demande des organes compétents en la matière, mais y répondrait favorablement si une requête devait lui parvenir. La commune soutiendrait également les démarches citoyennes, mais ne possède pas pour l’instant d’appartement à mettre à disposition.

Autres points vite réglés

Pas d’écueil pour les autres points à l’ordre du jour. Le changement de zone de différentes parcelles à Courfaivre en vue d’un projet immobilier n’a pas posé de problème. La réfection du chemin du Sceut-Dessous pour une somme de 365'000 francs, jugée urgente, non plus. Quant aux postes vacants au sein des commissions et dicastères, ils ont tous été repourvus tacitement, à l’exception de celui de membre du dicastère des services communaux. /iqu

Partager
Link
Météo