Le Pantographe expulsé

Junker Zoom sur « Junker » (touche ESC pour fermer)
Le Pantographe a été prié de quitter l'usine Junker où le centre culturel autogéré de Moutier est établi depuis près de 10 ans.

C’est la consternation au sein du Pantographe. Les responsables du centre culturel autogéré de Moutier ont été convoqués vendredi matin dans les bureaux de Tornos. La direction les a informés que l’association était expulsée de l’ancienne usine Junker où elle est installée depuis près de 10 ans mais qui appartient à la firme prévôtoise.

Arrêt de mort signé

« Nous avons expliqué que cela signait probablement l'arrêt de mort de notre structure », indique le communiqué du Pantographe, mais la direction de l’usine prévôtoise n’a laissé aucune possibilité de remettre en question cette décision prise par la direction et le conseil d’administration de Tornos. « Tournez-vous vers la commune ou le canton pour qu'ils vous aident », auraient déclaré les dirigeants aux responsables du centre culturel, selon le communiqué envoyé par le Pantographe.

« Décision pas encore officielle »

« La décision n’est pas encore officielle », a déclaré le directeur financier de Tornos Bruno Edelmann au Quotidien jurassien. « La direction et le conseil d’administration ont émis le souhait de récupérer l’ancienne usine Junker pour les propres besoins de l’entreprise. Mais il est prématuré d’en parler pour l’instant », précise-t-il.

Les responsables du Pantographe indiquent qu’ils feront « tout ce qui est en leur pouvoir au niveau juridique, politique et médiatique pour essayer de sauver le projet ». /comm+afa

Partager
Link
Météo