Un vote en février ou mars

Les scrutins communalistes devraient avoir lieu un dimanche de février ou de mars. C’est en tout cas le souhait exprimé par Manfred Bühler vendredi matin. Le député-maire de Cortébert entend faire cette proposition lors du débat sur la Loi sur l’organisation de votations relatives à l’appartenance cantonale de communes du Jura bernois.

L’élu UDC entend ainsi limiter au maximum les risques de « tourisme électoral » lorsque Moutier, Belprahon et Grandval décideront de leur avenir institutionnel. Manfred Bühler explique qu’une personne qui dépose ses papiers dans une commune doit attendre trois mois avant de pouvoir participer à un vote communal. Dans le même temps, le domicile au 31 décembre définit la qualité de contribuable pour toute l’année écoulée, ce qui pourrait freiner les ardeurs de « mercenaires électoraux en provenance d’un autre canton ».

« Ca ne ferait que compliquer les choses »

Pour le député-maire de Moutier Maxime Zuber, cette proposition va à l'encontre du principe d'autonomie communale. Ce sont les communes qui sont habilitées à fixer les dates d'un scrutin, et Manfred Bühler n'a pas à s'immiscer dans les affaires de celles qui demandent le vote communaliste pour déterminer leur avenir institutionnel.

L'élu PSA ajoute qu'un vote en février ou mars 2017 serait problématique, car il interviendrait trop tôt par rapport aux diverses procédures qui doivent encore être menées, notamment une expertise mandatée par le canton de Berne et du Jura. Il faudrait donc demander un délai supplémentaire pour organiser un scrutin en 2018. Maxime Zuber estime que ce retard est inutile.

Manfred Bühler précise pour sa part que sa proposition ne propose vonlontairement pas d'année de votation, avant d’ajouter que « nous ne sommes pas à une année près ». /ast

Partager
Link
Météo