Collectivité ecclésiastique cherche membres

La CEC se cherche de nouveaux représentants. Alors que la campagne pour les élections cantonales touche à son terme, les instances de la Collectivité ecclésiastique cantonale catholique-romaine de la République et Canton du Jura doivent, elles, aussi être repourvues pour la législature 2016-2019. Une quinzaine de personnes ont fait leur temps à l’Assemblée - le législatif de l’association - sans compter ceux qui ne souhaitent pas se représenter.

Comme au Parlement jurassien, 60 membres doivent être élus. Le délai pour le dépôt des candidatures est fixé à lundi soir. Alors que les candidats se bousculent au portillon pour être élus au niveau cantonal et fédéral, il est plus compliqué de trouver des prétendants au niveau ecclésial. Depuis 1979, l’élection à l’assemblée est tacite. S’il faut, certes, courir après les prétendants, la vice-présidente du Conseil de la CEC estime que ça ne péjore pas la motivation ou la qualité du législatif. Floriane Chavanne précise que « la majorité des membres font partis de conseils de paroisse, ce sont des gens motivés qui connaissent les dossiers ».

Une particularité jurassienne

L’évêque désigne cinq membres à l'Assemblée. Il s'agit d'un particularisme de l’Église jurassienne : « l’institution est basée sur un système dual, soit pastoral et administratif. Le côté pastoral, représenté par l’évêque, doit aussi figuré au sein des instances de la CEC », précise Floriane Chavanne. Cinq membres de l’Assemblée sont donc nommés par Monseigneur Félix Gmür ainsi qu’un conseiller à l’exécutif qui est composé de cinq membres.

Par ailleurs, trois sièges doivent également être repourvus au sein de la Commission juridictionnelle, composée au total de cinq membres. Au Conseil de la CEC, deux personnes arrivent au terme de leur mandat et doivent être remplacés. Les candidats ont jusqu’au 16 novembre pour se présenter. /lbr

 

Partager
Link
Météo