Les lignes de guidage à l’honneur en 2015

 Zoom sur «   » (touche ESC pour fermer)
Gabriel Friche est le président de la section jurassienne de la Fédération suisse des aveugles et malvoyants.

Elles paraissent peut-être anodines pour certains mais elles changent la vie d’autres personnes. On parle des lignes de guidage, destinées aux personnes malvoyantes ou aveugles, qui constituent le thème de la « Journée internationale de la canne blanche 2015 » prévue ce jeudi 15 octobre. La devise est « Soyez des héros. Libérez les lignes de guidage ». Une distribution d’allumettes et de flyers aura lieu ce jeudi à proximité de la gare de Delémont et dans certains kiosques entre 7h et 9h.

La section jurassienne de la Fédération suisse des aveugles et malvoyants, la FSA, a convoqué la presse mercredi pour évoquer les contours de cette manifestation. Elle désire ainsi sensibiliser la population aux lignes de guidage, installées notamment dans diverses gares. Elles constituent, en effet, un repère essentiel pour les personnes aveugles et malvoyantes mais sont souvent utilisées par des personnes sans handicap.

« Une canne n’est pas un instrument que l’on prend volontiers en main car elle marque un handicap. Le travail pour accepter cet objet peut prendre du temps », divulgue Marie-Thérèse Faivre, responsable FSA du service du Jura. Elle détaille qu’il existe plusieurs sortes de cannes blanches.

Les divers acteurs invités mercredi matin ont, par ailleurs, abordé plusieurs problématiques liées au handicap visuel. Il a notamment été question d’irrespect de certaines lois, en particulier dans la branche de la construction. L’exemple d’entreprises actives dans le domaine des ascenseurs a été évoqué. En effet, les écrans tactiles, sur lesquels la population presse pour se rendre à un étage en particulier, deviennent de plus en plus légions, ce qui est interdit selon la loi. « Souvent, les normes ne sont pas respectées », constate, impuissant, le responsable du département « construction sans obstacle » de Pro Infirmis. Luc Bron explique que des contrôles ou des vérifications ne s’effectuent pas dans le Jura afin de mettre fin à ce genre de pratiques.

L’implantation de poteaux pour indiquer des manifestations, avec une base large constituée de plusieurs pieds, a aussi été critiquée par une personne en situation de handicap visuel.

À noter que le ministre des Affaires sociales, Michel Thentz, et le maire de Delémont, Damien Chappuis, étaient également présents à cette séance. Environ 5000 personnes sont malvoyantes ou aveugles dans le canton du Jura. /bbo

Partager
Link
Météo