Candidat et membre du bureau de vote: rien ne l'interdit

Plusieurs candidats au Parlement, au Conseil national et même au Gouvernement ont siégé lors des heures d’ouverture du bureau de vote ou lors du dépouillement ce week-end. Une présence qui a interpellé bon nombre de citoyens. Cette situation n’est pourtant pas interdite par la loi. Selon l'article 15 de la loi sur les droits politiques, chaque commune constitue un bureau électoral désigné par le Conseil communal. Lors d’élection, les forces politiques y sont équitablement représentées stipule la loi. On retrouve ces mêmes propos à l’article 9 de l’ordonnance d'exécution de la loi. Être candidat et membre du bureau dans le canton du Jura n’est donc pas incompatible. « Nous n’avons donc pas pu empêcher cette situation », nous a expliqué le chancelier. Toutefois, a précisé Jean-Christophe Kübler, « la chancellerie estime que le bon sens voudrait qu’un candidat ne dépouille pas les scrutins qui le concernent ».

Un vrai casse-tête

Et la tâche n’a pas été rendue facile aux communes qui ont dû faire avec de nombreux candidats au bureau de vote ce week-end. Ce sont les partis qui doivent désigner des citoyens au bureau de vote lors d'une élection, alors que lors d'une votation ils sont convoqués par leur commune. Dans la capitale jurassienne par exemple, le préposé au contrôle des habitants nous a indiqué que c’était un vrai casse-tête d’éviter qu’un candidat dépouille ses propres bulletins. Une difficulté supplémentaire en cette journée déjà bien chargée.

Cette situation a interpellé bon nombre de citoyens qui se sont retrouvés ce week-end face à des candidats en déposant leurs bulletins dans l’urne. Une configuration qui pourrait être amenée à changer si l’affaire remonte au Parlement, par exemple via une motion, dans l’objectif de modifier la loi. /afa

Partager
Link

Galerie photos liée

08.11.2015
Météo