Courtet-Juillard, sous les acclamations

Congrès du PDC Zoom sur « Congrès du PDC » (touche ESC pour fermer)
Congrès du PDC

Les portraits de Charles Juillard et Martial Courtet. C’est l’affiche du PDC pour le 2e tour de l’élection au Gouvernement jurassien. L’affaire n’a pas fait un pli mardi soir, lors du Congrès du parti organisé à Glovelier. Les quelques 120 sympathisants présents ont sans surprise approuvé la proposition de la présidence par acclamations. Ce n’est d’ailleurs pas la désignation des candidats qui a suscité le plus de débat.

Remerciements à Gabriel Willemin

La désignation s’est déroulée sans accroc. Dans leurs discours, le président ad intérim Gérard Meyer et le secrétaire général Pascal Mertenat ont tout d’abord fait part de leur sentiment mitigé. Les bons résultats des élections aux fédérales contrastent avec la perte de deux sièges au Parlement. Tous deux ont salué l’engagement des jeunes et de l’ensemble des candidats, élus et non élus.

Les remerciements se sont surtout adressés à Gabriel Willemin qui par son retrait de la course au Gouvernement a évité au Congrès une décision difficile à prendre. La présidence a souligné que partir à trois au 2e tour aurait été une erreur à plus d’un titre : le parti n’a pas de légitimité à prétendre à la majorité au sein de l’exécutif, et le risque aurait été de ne voir qu’un candidat élu et peut-être deux d’entre eux s’entredéchirer. À ce propos, François Lachat a relevé le sens du panache et de l’Etat de Gabriel Willemin, qui a su où était l'intérêt supérieur du parti. La présidence a ensuite à peine eu le temps de reformuler sa proposition que l’assemblée l’approuvait par acclamations. Et déjà les affiches des deux candidats fleurissaient sur les murs du restaurant.

Deux candidats confiants

Après leur désignation, les deux candidats ont tour à tour pris la parole pour exprimer leurs remerciements à l’assemblée et tout particulièrement à Gabriel Willemin, excusé mardi soir. Ils ont aussi évoqué rapidement leurs thèmes de campagne et se sont congratulés parmi, Martial Courtet voyant des traits de caractère communs entre son colistier et Charles de Gaulle, Charles Juillard très confiant surnommant son colistier futur collègue.

Pas de voix au PLR

La discussion a pris un ton plus vif au moment d’évoquer les consignes de vote pour le scrutin. A la question d’un sympathisant, le seul mot d’ordre fixé par la présidence est de donner la priorité aux candidats PDC et de ne pas éparpiller de voix à gauche, a dit Gérard Meyer, qui n’a toutefois pas exclu de jouer stratégique en appuyant le parti le plus proche, le PLR. Tollé dans la salle… Une majorité des sympathisants ne l’entendait visiblement pas de cette oreille et a appelé à serrer les rangs uniquement pour le PDC. A voir si la stratégie sera confirmée par les urnes le 8 novembre. /iqu

Partager
Link

Galerie photos liée

08.11.2015
Météo