Il a été question d'une plante invasive à l’assemblée de l’AMFM

 Zoom sur «   » (touche ESC pour fermer)
Les maires taignons étaient réunis jeudi soir à Soubey.

Le séneçon a été la problématique qui a fait le plus parler l’Association des Maires des Franches-Montagnes (AMFM). La présence de cette plante indigène, invasive notamment aux bords des routes, a été le seul fait marquant de l’assemblée des maires taignons qui s’est tenue jeudi soir à Soubey. Les 6 points à l’ordre du jour ont été traités en 2h20.

« Le combat se poursuit contre cette sale bête »

Serge Willemin, le chef de la section de l’entretien des routes du canton du Jura, a parlé du concept de « fauchage raisonné », développé en 2010. Le but : préserver la faune qui se trouve sur les talus aux bords des routes jurassiennes. Le hic provient principalement de la présence des séneçons, qui sont des plantes nocives pour le bétail et dont il faut limiter la présence. Autrement dit, le combat consiste à empêcher la prolifération de cette plante. « Le séneçon ne se trouve pas uniquement à proximité des chaussées. Il faut faire avec en poursuivant le combat contre cette sale bête » a expliqué Serge Willemin. Il a, par ailleurs, détaillé que le maintien de l’existence des orchidées était, en ce sens, très important.

Une proposition du maire des Breuleux

Renaud Baume, le maire des Breuleux, a proposé une éventuelle solution face à ce problème : faire travailler des chômeurs et des migrants pour arracher de manière systématique cette fameuse plante jaune. Le président de l’AMFM, Raymond Jecker a conclu ce point en affirmant « qu’il ne faut pas hésiter à repérer les endroits envahis par ces plantes et, surtout, à les transmettre aux services cantonaux concernés ».

Le reste ne fut que du détail

Dans le point 5 de l’ordre du jour, les maires ont abordé la question de la décharge de Boécourt. Deux représentants de l’AMFM, Jacques Bassang et Raymond Jecker, vont entamer des discussions avec le Syndicat des communes de la région de Delémont pour l'élimination des ordures et autres déchets (SEOD) en vue d’une éventuelle centralisation à l’échelle cantonale du traitement des déchets. Mais le processus n’en est qu’à ses débuts. Par ailleurs, les maires taignons attendent des explications lors de l’assemblée de l’Association Jurassienne des Communes du 25 novembre prochain par rapport au plan directeur cantonal éolien, qui prévoit l’installation de turbines dans les Franches-Montagnes. Le procédé du canton a notamment soulevé quelques critiques chez certains chefs d’exécutif des Franches-Montagnes. Mais, pour l’heure, l’AMFM attend les explications des acteurs concernés avant d’éventuellement réagir. /bbo

Partager
Link
Météo