« Les lieux alternatifs ont leur place dans le Jura »

  Zoom sur «    » (touche ESC pour fermer)
La Cave à Mines (en bas à gauche sur la photo) doit fermer à la fin de l'année, aux portes de la vieille ville de Delémont.

Une fronde se forme pour soutenir les lieux alternatifs dans le canton du Jura. Le Mouvement Delémontain pour la Musique et les Arts (le MDMA) sort du bois pour venir en aide à la Cave à Mines. Cet endroit doit fermer ses portes à la fin de l’année dans la capitale jurassienne. Son bail a été résilié, la faute à plusieurs accusations de tapage nocturne, dont quelques-unes à tort, selon un des organisateurs des soirées dans ce lieu, Pablo Jurot. La Cave à Mines accueille ce vendredi une soirée de soutien.

« On a été pris pour cible par la police »

Pablo Jurot ne mâche pas ses mots. Selon lui, la Cave à Mines a payé pour tout le bruit qui anime la vieille ville le week-end. « On a été pris pour cible par la police », calme-t-il haut et fort. Il affirme qu’à la fermeture des bars de la vieille ville, de nombreux fêtards rejoignent la Place de l’Etang en faisant du bruit. La Cave à Mines étant sur le passage, elle fait les frais de ces excès, selon Pablo Jurot.

« Une richesse pour notre région »

La scène alternative jurassienne se doit d’exister, selon le président du MDMA, Patrick Monnin. Elle met en avant le travail de musiciens de la région, mais également d’autres contrées. Surtout, « elle permet aux visiteurs de découvrir la culture d’une autre façon, en étant libre de choisir les artistes qui s’y présentent ». Cette autogestion, que Pablo Jurot, met en opposition avec la rigueur des institutions culturelles représente une « richesse pour notre région », selon lui.

« Ces endroits sont indispensables »

Le délégué jurassien aux affaires culturelles souhaite conserver les endroits alternatifs : « Les lieux alternatifs ont leur place dans le Jura », martèle-t-il. Jean-Marc Voisard se propose même d’aider les membres de ce mouvement à trouver des bâtiments dans lesquels s’établir. Selon lui, « ces endroits sont indispensables » et enrichissent le paysage culturel jurassien en y apportant « beaucoup de fraîcheur et de nouveautés ». Jean-Marc Voisard estime qu’il faut respecter « les gens qui veulent autre chose que les courants bien-pensants ». /mle

Partager
Link
Météo