Deux PDC, un PLR, un PCSI et un PS pour le nouveau Gouvernement

Le nouveau Gouvernement jurassien Zoom sur « Le nouveau Gouvernement jurassien » (touche ESC pour fermer)
Le nouveau Gouvernement jurassien. De g. à d.: Jacques Gerber (PLR), Nathalie Barthoulot (PS), Charles Juillard (PDC), David Eray (PCSI) et Martial Courtet (PDC).

Premier constat : le coup de barre à tribord pour le navire Jura. Les électeurs du canton ont choisi de confirmer le virage à droite pris par le Parlement dans ce deuxième tour de l’élection au Gouvernement. La composition de l’exécutif redevient la même qu’il y a cinq ans : 2 PDC, 1 PS, 1 PLR et 1 PCSI.

Le grand vainqueur de cette élection, c’est David Eray et le PCSI.

Le député du Noirmont, très bien élu, redonne au PCSI le siège perdu il y a cinq ans par le Bruntrutain Laurent Schaffter. David Eray a abattu deux cartes gagnantes: celle de la représentation des Franches-Montagnes à l’exécutif, comme c’est le cas depuis l’entrée en souveraineté, et celle rappelant qu’il était le seul candidat issu de l’économie privée. Deux arguments qui ont fait mouche auprès des électeurs jurassiens.

Le grand perdant de ce scrutin, c’est Michel Thentz et le PS.

Ministre de la Santé sortant, le socialiste delémontain a été clairement éjecté du Gouvernement, en terminant bon dernier de cette élection. Michel Thentz a fermé la marche dans toutes les communes d’Ajoie, dans cinq communes franc-montagnardes et même dans sept communes du district de Delémont. Le désaveu est fort. Du coup, le PS perd un siège. Jamais les socialistes n’ont eu deux élus au Gouvernement durant deux législatures consécutives. Une malédiction qui se poursuit donc. L’excellent score obtenu par Nathalie Barthoulot met juste un peu de baume sur la plaie.

Le PDC a réussi son pari

Le premier parti du Jura a, lui, réussi à conserver deux élus au Gouvernement. Le sortant Charles Juillard a été brillamment réélu, à la première place de ce deuxième tour. Le président des démocrates-chrétiens jurassiens, Martial Courtet, a lui assuré l’essentiel en prenant le cinquième et dernier ticket d’entrée à l’exécutif.

Rappelons toutefois qu’il y a peu de temps, le PDC a envisagé de présenter trois candidats pour le deuxième tour, et ainsi tenter de décrocher la majorité absolue. Si le parti maintient aujourd’hui sa position, les résultats lui rappellent qu’il ne doit pas s’endormir sur ses lauriers. Le PDC devra déjà calmer les tensions nées dans ces élections, notamment après avoir présenté le duo Anne Seydoux-Christe/Pierre Kohler au Conseil des Etats.

Le duel Martial Courtet/Gabriel Willemin dans la course au Gouvernement a lui aussi été électrique dans le camp démocrate-chrétien. Un Gabriel Willemin qui n’a pas appelé à voter pour Martial Courtet dans ce deuxième tour.

Le PLR conserve son siège au Gouvernement

Enfin Jacques Gerber a permis au PLR de conserver le fauteuil occupé par le sortant Michel Probst. Chef de l’Office de l’Environnement, le Bruntrutain doit son élection à l’Ajoie, qui l’a placé en tête des candidats. Il lui fallait bien cela, puisque Jacques Gerber a terminé dernier dans les districts de Delémont et des Franches-Montagnes. Comme le PDC, le PLR a ainsi assuré l’essentiel, Jacques Gerber réalisant au final un bon score.

Quatre nouveaux ministres sur cinq

Notons enfin que le Gouvernement version 2016-2020 ne comprendra qu’un ministre sortant : Charles Juillard, qui va entamer une troisième législature. Les quatre autres élus sont des nouveaux venus. A eux désormais d’endosser au mieux le costume de ministre pour se mettre au travail le 1er janvier…

A noter que le taux de participation a atteint 46,71%. /rch

Partager
Link

Galerie photos liée

08.11.2015
Météo