Trois ans de prison pour le braqueur de la BCJ de Courgenay

L’auteur du braquage de la BCJ de Courgenay en juillet 2014 écope de trois ans de prison ferme. Le Tribunal de Porrentruy l’a reconnu coupable ce mardi de brigandage, prise d’otage, actes préparatoires de brigandage, vol mineur et infractions aux lois sur les armes et la circulation routière.

L’homme s’était introduit dans l’établissement bancaire avec une arme. Il avait ensuite menacé une cliente pour contraindre le banquier à lui remettre des sommes de 62'800 francs et 8'800 euros, avant de s’enfuir.

Un récidiviste

Les images de la vidéo-surveillance ont parlé d’elles-mêmes. Le prévenu, âgé de 62 ans et domicilié dans le canton de Soleure, n’a pu qu’admettre les faits du braquage de la BCJ de Courgenay. Il s’est rendu maître de sa victime – la cliente de la banque – en pointant son arme sur elle. Le banquier a alors obtempéré en lui remettant l’argent exigé. Le tribunal estime que l’homme a agi sans scrupule, avec détermination et sang-froid. Il n’en était d’ailleurs pas à son coup d’essai. Le prévenu avait déjà écopé de six ans de prison en 2000 pour avoir commis plusieurs brigandages, dont un dans une banque de Chevenez en 1998. Il s’agit donc d’un récidiviste.

Un nouveau délit en préparation

L’homme a aussi été reconnu coupable d’actes préparatoires. Lors de son arrestation en décembre dernier à Delémont, la police a retrouvé dans sa voiture l’arme qui a servi au braquage de Courgenay, des munitions, une casquette et un sac. De plus, il n’avait pas de téléphone portable sur lui. La justice est donc convaincue que l’homme s’apprêtait à commettre un nouveau délit. Il a vainement nié, en s’essayant à des explications qualifiées de « fumeuses et irréalistes » par le juge Pascal Chappuis. Le tribunal a ordonné le maintien en détention du prévenu. C’est donc menotté et sous escorte policière qu’il est retourné en prison. /rch

Partager
Link
Météo