Clap de fin pour le laboratoire cantonal

Le laboratoire cantonal d’analyses va mettre la clé sous le paillasson à la fin de cette année. Le Gouvernement jurassien a décidé de sa fermeture au 31 décembre, répondant à une décision du Parlement dans le cadre des mesures d’économies OPTI-MA. Les sept collaborateurs de cette structure sont ainsi licenciés au 31 mai 2016.

A Neuchâtel

Le Gouvernement écrit dans un communiqué que les analyses effectuées dans le domaine des denrées alimentaires seront dorénavant faites par le laboratoire cantonal de Neuchâtel, avec lequel un accord a été trouvé. Les Services de la consommation et des affaires vétérinaires romands collaborent déjà étroitement depuis plusieurs années, notamment dans le cadre de campagnes intercantonales et des analyses vétérinaires officielles.

… et dans un laboratoire privé du Jura

L’Etat prévoit d’externaliser les analyses liées au domaine de l’environnement auprès d'un laboratoire privé du canton. Pour ce qui est de l’autocontrôle de l’eau potable, les communes qui confient actuellement leurs analyses au laboratoire cantonal seront informées qu'elles doivent désormais faire appel à un laboratoire privé ou d’un autre canton.

Plus assez compétitif

En ce qui concerne la surveillance de l’A16, qui a désormais passé dans les mains de la Confédération, le mandat pour effectuer les analyses sera prochainement mis aux marchés publics par l’Office fédéral des routes. Comme le montant prévu pour ce nouveau mandat, qui devrait se terminer au 1er semestre 2018, a été nettement revu à la baisse et que les subventions octroyées ont diminué de moitié en 2013 et 2014, le laboratoire jurassien n'était définitivement plus compétitif dans un marché ouvert, indique le Gouvernement.

Le SSP Jura conteste cette décision

Le syndicat du service public jurassien n'a pas tardé à réagir. « Le SSP Jura n’est pas surpris par cette annonce mais nous estimons que l’externalisation du laboratoire cantonal va coûter plus cher que de le maintenir au sein des services du canton », estime le secrétaire régional du SSP. « Nous avons publié les chiffres basés sur le budget 2016 et en conservant le laboratoire l’Etat ferait un bénéfice de 27'000 francs l’an prochain par rapport à la privatisation », précise Thomas Sauvain. Le SSP Jura déclare qu’il va solliciter ses services juridiques afin de vérifier la légalité de la procédure de marché public et se réserve la possibilité de saisir les autorités judiciaires.

Le groupe CS-POP-Verts réagit aussi

Le groupe CS-POP-Verts au Parlement jurassien a rapidement réagi à cette annonce. Il se dit surpris par la rapidité adoptée par le Gouvernement pour mettre en œuvre la mesure numéro 26 d’OPTI-MA. Le groupe va déposer une motion demandant de maintenir le laboratoire cantonal jusqu’à la réalisation complète de l’autoroute A16, et donc de suspendre immédiatement l’application de cette mesure. Les élus CS-POP-Verts indiquent que l’exécutif a toujours communiqué que le laboratoire serait maintenu jusqu’à la fin des travaux de la Transjurane. Or, ceux-ci ne seront terminés qu’à la fin de l’année 2016. /rch + afa + comm

Partager
Link

Galerie photos liée

26.10.2016
Météo