Eoliennes: chaud-bouillant à Bassecourt

Séance éoliennes Zoom sur « Séance éoliennes » (touche ESC pour fermer)
Les représentants du canton, dont le ministre Philippe Receveur (à droite), ont été mis à rude épreuve à Bassecourt.

On annonçait de vives discussions, on a été servi ! Le Service du développement territorial du Jura a organisé jeudi soir à Bassecourt une séance d’information publique sur la fiche du plan directeur relative à l’énergie éolienne (fiche 5.06). Environ 350 personnes – dont une grande majorité d’opposants francs-montagnards – se sont réunies à la Halle des fêtes. Près de 200 questions ont été envoyées aux organisateurs ! Pour rappel, le scénario mis en consultation définit trois sites prioritaires pour la construction de parcs éoliens : Bure, Bourrignon-Haute-Borne et les Franches-Montagnes. Le Gouvernement jurassien s’est fixé comme objectif de produire 150 GWh d’électricité éolienne d’ici 2035, ce qui correspond à une trentaine de turbines. La consommation annuelle de courant sur l’ensemble du canton est de 500 GWh.

Tout proche de l’interruption

La séance – qui a duré 2h30 – a été houleuse et très émotionnelle. Elle a d’ailleurs bien failli tourner court. Dès les premiers mots des représentants du canton, sifflets et huées ont retenti, notamment de la part des membres de « Librevent » et du collectif « Franches-Montagnes, je m’engage ». Le chef du Service de l’Information du Jura, Pierre-Alain Berret, a dû mettre les points sur les « i », menaçant de mettre un terme prématuré à la rencontre.

La mise au point a eu un effet relatif. La tension est restée vive. Le ministre de l’Environnement et de l’Equipement, Philippe Receveur, a été passablement chahuté et a été interrompu à de nombreuses reprises. Plusieurs opposants sont intervenus avec vigueur pour dire tout le mal qu’ils pensaient des éoliennes, et rappeler que les Taignons rejettent massivement l’aménagement de mâts sur leur sol. Le slogan « Des éoliennes, on n’en veut pas ! » a été scandé. Dans le public, certaines personnes ont tenu des propos virulents, parfois à la limite de l’injure et de l’irrespect. Les intervenants du canton ont su, malgré cela, rester calmes pour répondre aux questions.

Rien n’est décidé

Le canton du Jura a organisé cette soirée dans le but d’activer une démarche participative. Il a rappelé que la consultation en cours doit permettre à chacun de faire part de ses remarques, et que rien n’était encore décidé. Il a souligné qu’au final, si un grand nombre d’oppositions survenait sur un projet, celui-ci ne verrait pas le jour. /rch

Partager
Link

Galerie photos liée

21.08.2013
Météo