Cap sur la barre des 80'000 habitants

Territoire jurassien Zoom sur « Territoire jurassien » (touche ESC pour fermer)
Image: canton du Jura

Le Jura pourrait compter 80'000 habitants en 2030, soit 7'500 de plus qu’aujourd’hui. Le canton a présenté lundi sa Conception directrice du développement territorial, première étape d’une révision du plan directeur cantonal. Le document définit les lignes pour l’essor du territoire ces quinze prochaines années, et pose les bases nécessaires à l’accueil de nouveaux résidents. La Conception directrice est mise en consultation jusqu’au 20 février 2016.

Forte hausse depuis 2010

Le Jura doit aujourd’hui faire face à une hausse du nombre d’habitants. Entre 1995 et 2005, la population a stagné à 69'000 habitants. Cette population est en progression depuis 2005. Une accélération a été observée depuis 2010, soit 0,7% par année. On compte à ce jour 72'500 habitants dans le canton. Cette hausse s’explique par l’attractivité de la région. Le nombre de places de travail, par exemple, a augmenté.

Autour des pôles urbains

Les autorités affirment que le canton pourra contenir une population de 80'000 personnes en 2030 sans investissements supplémentaires. L’image directrice propose une structure de l’urbanisation centrée autour des pôles urbains, à savoir Delémont, Porrentruy et Saignelégier, avec leurs communes satellites. Ces pôles doivent accueillir plus de 90% de la croissance démographique. Les villages ne sont pas oubliés pour autant, eux qui affichent ces dernières années une perte d’habitants. Le canton a pour objectif de maintenir leur population en renforçant la vie sociale et économique, dans un rôle de coordinateur. Les communes industrielles de Boncourt, Les Bois et Haute-Sorne doivent pour leur part assurer une forme de relais.

Emplois aussi dans le viseur

Pour le Jura, le défi est désormais de valoriser sa position centrale et d’affirmer son attractivité pour « gagner » 7'500 habitants d’ici quinze ans. En terme de places de travail, l’objectif 2030 est d’avoir un ratio de 0,5 emploi par habitant, soit la création de 8'000 postes supplémentaires. A noter enfin que la stratégie de développement vise aussi à accompagner les mutations du secteur primaire (préservation des terres agricoles ; définition des conditions-cadres favorables à la diversification des activités et productions agricoles et forestières ; encouragement des projets de développement régional et de promotion des produits régionaux). /rch

Partager
Link

Galerie photos liée

26.10.2016
Météo