L'Hôtâ se pare de rouge

Des changements visibles au premier coup d'oeil pour le nouveau numéro de L'Hôtâ Zoom sur « Des changements visibles au premier coup d'oeil pour le nouveau numéro de L'Hôtâ » (touche ESC pour fermer)
Des changements visibles au premier coup d'oeil pour le nouveau numéro de L'Hôtâ

Une couverture de L’Hôtâ qui tranchera dans votre bibliothèque. La 39e revue de l’association pour la sauvegarde du patrimoine rural jurassien a été présentée lundi à Delémont. De l’extérieur, l’ouvrage ne ressemble en rien aux éditions précédentes. Les traditionnelles photographies de paysages et de maisons jurassiennes sont remplacées par deux personnages qui se font face, comme sur un jeu de carte : Un soldat et une jeune réfugiée et son enfant sur un fond rouge. Ils représentent la Suisse de la première guerre mondiale. Une couverture qui a soulevé quelques polémiques au sein du comité. La rédactrice en chef de L’Hôtâ a voulu inscrire la revue dans son temps et donner une énergie nouvelle. « Mais le compte twitter n’est pas pour tout de suite » plaisante Isabelle Lecomte. Le président de l’ASPRUJ reste quant à lui quelque peu nostalgique. Pierre Grimm était du Groupe Bélier et objecteur patriote : « J’ai été surpris au premier abord par cette couverture et le sujet m’a un peu ébouriffé », avoue-t-il avant de conclure positivement : « artistiquement c’est remarquable ».

Si l’emballage change radicalement, le contenu reste le même : un « contenu diversifié, jurassien et vivant » comme le définit la rédactrice en chef de la revue.

Une transition avant les 40 ans

L’année prochaine, l’ASPRUJ fête ses 40 ans et L’Hôtâ sa 40e publication. Le 39e numéro s’est déjà fait beau pour fêter cet anniversaire et marque le pas. Le 40e sera humoristique, énergique et triple : il sera composé d’un index des noms propres, d’une partie habituelle et d’une rétrospective. Le dessinateur bruntrutain Guznag illustrera cette édition anniversaire.

Un voyage culturel aura lieu au printemps en France et l’assemblée générale aura lieu à la ferme Longines à Saint-Imier. L’ASPRUJ veut profiter de l’invitation de Walter von Kaenel pour organiser « une AG différente qui va au-delà du simple rapport d’activités », se réjouit Pierre Grimm. /lbr

Partager
Link
Météo