L'unité psychiatrique de Reconvilier fermera ses portes

Jan von Overbeck, directeur ad interim des Services psychiatriques Jura bernois-Bienne-Seeland Zoom sur « Jan von Overbeck, directeur ad interim des Services psychiatriques Jura bernois-Bienne-Seeland » (touche ESC pour fermer)
Jan von Overbeck, directeur ad interim des Services psychiatriques Jura bernois-Bienne-Seeland

L’autonomisation des services psychiatriques a franchi une nouvelle étape. La Direction de la santé publique et de la prévoyance sociale a convié la presse vendredi à Berne pour faire le point sur l’avancée des travaux, concernant l’externalisation des trois institutions cantonales, dont les Services psychiatriques Jura bernois – Bienne – Seeland. La phase de planification est à présent terminée et plusieurs mesures seront mises en œuvre dans le courant de l’année 2016.

L’UPS de Reconvilier fermée

L’unité de psychiatrie sociale de Reconvilier fermera ses portes au plus tard au mois d’avril, ce qui représente une diminution de 11 lits. Le directeur ad interim des SPJBB Jan von Overbeck estime toutefois que le nombre de places sera toujours suffisant. Le bâtiment de Bellelay est de son côté jugé inadapté pour les besoins d’une psychiatrie moderne. D’une part, le lieu n’est pas desservi par les transports publics en soirée et le loyer demandé est trop élevé. Le site de la clinique restera tout de même ouvert, du moins à court terme.

Pour ce qui est des licenciements, l’équivalent de 30 postes à temps complet a déjà été supprimé. Au total, le personnel devrait diminuer de 50 EPT et non plus de 60 comme annoncé au mois d’août. La direction des SPJBB prévoit par ailleurs de mettre en place des synergies avec l’Hôpital du Jura bernois. L’objectif est d’optimiser le placement des patients selon les services et de diminuer les temps d’hospitalisation.

Des solutions se dessinent

Durant la phase de planification, des modèles ont été élaborés pour résoudre plusieurs problèmes, notamment dans le domaine de l’immobilier. Les SPJBB deviennent locataires. Une solution a également été trouvée en ce qui concerne l’informatique. Le Grand Conseil bernois a en effet approuvé, lors de sa session de novembre, les crédits nécessaires afin d’assurer les services de base. Enfin, des dispositions transitoires ont été mises en place avec les associations du personnel en vue de l’adhésion à la convention collective de travail des employés des hôpitaux bernois.

Le projet d’autonomisation doit créer les conditions qui permettront aux établissements, une fois constitués en société anonyme autonome, de se développer de manière durable, donc en fournissant les prestations nécessaires au meilleur coût et selon les standards de qualité requis. L’autonomisation des services psychiatriques entrera en vigueur le 1e janvier 2017. /mdu

Partager
Link
Météo