Cornet: les opposants renoncent à un nouveau recours

Les communes du Cornet doivent désormais organiser le scrutin au plus vite Zoom sur « Les communes du Cornet doivent désormais organiser le scrutin au plus vite » (touche ESC pour fermer)
Les communes du Cornet doivent désormais organiser le scrutin au plus vite

C’est confirmé, les opposants à la fusion du Cornet ne feront pas recours contre la décision du préfet du Jura bernois. Jean-Philippe Marti avait déclaré en décembre leurs oppositions irrecevables car trop tardive. Les trois signataires issus de Grandval, Crémines et Belprahon renoncent à saisir le tribunal administratif cantonal. Ils ont annoncé leur décision vendredi après-midi dans un communiqué.

Trop peu de chances de succès

« Nous doutons que l’on puisse obtenir gain de cause devant le tribunal administratif ». C’est par ces mots que Cédric Roos, de Crémines, René Hagmann, de Grandval, et Hubert Frainier, de Belprahon, expliquent leur choix. Il a été fait après une pesée d’intérêt et de risques. Désormais, les cinq communes du Cornet concernées ont l’obligation légale d’organiser un scrutin au plus vite. Leurs citoyens devront dire s’ils souhaitent lancer officiellement le processus de fusion.

D’autres actions possibles

Les opposants ne baissent pas les bras pour autant. Ils indiquent qu’ils suivront avec attention la suite du dossier, et qu’ils porteront l’affaire devant les autorités judiciaires au moindre manquement. Ils exigeront aussi des réponses précises à toutes les questions qui se poseront dans l’élaboration de ce dossier. Les opposants ajoutent encore qu’ils s’opposeront par tous les moyens à ce qu’un vote sur la fusion se tienne avant l’aboutissement de la procédure communaliste. Cette dernière doit notamment permettre à Belprahon, Crémines et Grandval de se prononcer sur leur appartenance cantonale.

Réactions contrastées

Michel Leuenberger et Roger Minder, respectivement maires de Belprahon et Grandval, estiment que c’est une bonne chose. Tous deux déclarent que le dossier pourra enfin avancer. Le ton est plus retenu du côté de Crémines. Le maire Jean-Claude Chevalier affirme que le dossier de la fusion est une perte de temps, et qu’il faudra encore trouver des personnes qui voudront bien le prendre en main. Du côté des auteurs de l’initiative pour la fusion du Cornet, enfin, la satisfaction est de mise. Leur porte-parole, Jean-Pascal Wisard, salue la décision du préfet, jugée très claire, et le félicite pour son travail.

Partager
Link
Météo