Un comité favorable à l’autonomisation de l’Office des véhicules

 Zoom sur «   » (touche ESC pour fermer)
Le comité de soutien à l'autonomisation de l'Office des véhicules du Jura au complet. De gauche à droite: Paul Montavon (Union professionnelle suisse de l'automobile, section Jura), Frédéric Frésard (Routiers Suisses, section Jura), Christophe Vallat (président de l'Union professionnelle suisse de l'automobile, section Jura), Thomas Stettler (UDC), Claude Mertenat (PDC), Géraldine Beuchat (PCSI) et André Henzelin (PLR).

Pour un office des véhicules plus proche des besoins des usagers : c’est avec ce slogan qu’un comité formé de membres de partis jurassiens du centre et de la droite et des professionnels de la branche automobile a présenté ses arguments à la presse, mardi matin, à Delémont. Il prône l’autonomisation de ce service, et donc, l’adoption de la loi sur l’Office des véhicules du Jura (OVJ), qui est en votation le 28 février. Selon le comité, cela permettrait de donner une réponse adéquate aux défis auxquels cette entité devra faire face à l’avenir. Les membres de ce groupe rappellent qu’il y a, pour l’heure, un retard dans l’expertise de 11'000 véhicules sur le territoire cantonal. D’après eux, le nombre de véhicules en circulation dans le Jura augmente par ailleurs de 2% chaque année.

Une vision moderne de  l’Etat

Une des membres du comité, Géraldine Beuchat, estime que l’autonomisation de l’OVJ répond à un besoin actuel. Elle entre par ailleurs en adéquation avec une vision moderne de l’Etat qu’il faut adopter, selon la députée PCSI. Le comité, qui soutient la nouvelle loi sur l’Office des véhicules, fonde ses arguments sur une certaine continuité. Selon Géraldine Beuchat, André Henzelin, Claude Mertenat et Thomas Stettler, l’autonomisation du service permettrait le maintien de l’ensemble des prestations actuelles sur les trois districts. Ils ajoutent que le lien étroit avec l’Etat sera garanti, puisque les membres du Conseil d’administration de l’OVJ seraient nommés par le Gouvernement. Le comité interpartis fonde ses arguments sur des exemples concrets d’autonomisations qui ont, selon lui, fait leur preuve. Il s’agit notamment de l’Etablissement cantonal d’assurance dans le canton du Jura et les Sevices sociaux régionaux. Ainsi que les offices des véhicules de Fribourg et de Neuchâtel.

Les automobilistes jurassiens ont à y gagner

Le comité estime que l’autonomisation de l’OVJ permettrait aux automobilistes jurassiens d’entrevoir une baisse des émoluments. Par ailleurs, elle leur offrirait une gestion plus proche de leurs besoins, notamment en portant une attention particulière aux changements de loi récurrents. Les défenseurs de cette nouvelle loi prévoient également des conditions de travail inchangées pour le personnel employé par l’Office des véhicules du Jura.

Financièrement intéressant

Le comité estime que l’adoption de cette loi permettra toujours de renflouer quelque peu les caisses de l’Etat. Le produit de la taxe automobile continuera en effet d’être versé aux comptes de l’Etat.

Pour des raisons d’organisation, de modernité et de finances, le comité de soutien appelle la population jurassienne à voter en faveur de la loi sur l’Office des véhicules. A noter que RFJ ouvre le débat le 12 février à 12h35 pour vous forger un avis sur cet objet qui sera soumis en votation cantonale le 28 février 2016. /mle

Partager
Link
Météo