Fusion « Delémont et sa couronne » : tous les feux au vert

 Zoom sur «   » (touche ESC pour fermer)
Les maires des communes concernées par le projet de fusion de la couronne delémontaine ont pris la pose

Delémont et sa couronne sont bien partis pour former la 31e plus grande commune du pays. Le comité de pilotage a présenté, mercredi après-midi, les résultats de son étude technique qui a duré deux ans. Les constats sont jugés très positifs. Le rapport indique qu’aucun obstacle majeur ne se dresse devant une fusion des 13 ou 14 communes de la couronne delémontaine, en fonction de l’intérêt que va y prêter Soyhières. L’étude porte avant tout sur des aspects d’organisation, tout en portant une attention particulière aux institutions.

2016, une année déterminante

Le comité de pilotage a insisté sur l’importance de l’année 2016. C’est, en effet, durant les prochains mois que les contours de l’éventuelle nouvelle commune de plus de 22'000 habitants vont se dessiner. Dès le mois de mars, une brochure d’information sera distribuée à la population et un sondage d’opinions sera mené. Après cette étape, le comité de pilotage évaluera la position des communes et se penchera sur la rédaction de la Convention de fusion. Les votations populaires dans les villages concernés sont prévues au mois de novembre.

L’organisation politique

Le comité de pilotage a poussé son étude assez loin, selon le ministre en charge des communes, Charles Juillard. L’organisation politique a déjà été réfléchie. Il en ressort que le législatif sera formé de 41 membres issus de trois circonscriptions différentes. Quant à l’exécutif, il sera formé de cinq membres, dont un maire à 100% et quatre conseillers à 80%.

L’administration sera, elle, centralisée à Delémont, mais des bureaux de proximité seront conservés : « On va tout faire pour respecter les minorités », s’est exclamé Charles Juillard. D’ailleurs, le comité de pilotage a affirmé vouloir conserver au moins une classe d'école par village.

L’aspect financier

D’un point de vue financier également, tous les voyants sont au vert. Selon le président du comité de pilotage, Christophe Riat, si l’investissement annuel de la nouvelle commune ne dépasse pas huit millions de francs par année, les comptes resteront équilibrés. Par ailleurs, il est prévu d’établir une quotité d’impôts de 1.9 ou 1.95. Selon Christophe Riat, la plupart des communes qui figurent dans le projet verraient ainsi leur quotité diminuer. /mle

Partager
Link
Météo