La politique du crédit-cadre

Un retour aux affaires en douceur pour le Conseil de ville de Porrentruy. Le législatif a rendez-vous jeudi pour traiter quelques motions et postulats. Les élus devront aussi se prononcer sur un crédit-cadre de 480'000 francs pour assainir l’éclairage public de 2016 à 2019.

Depuis 2009, les autorités municipales de Porrentruy ont régulièrement recours à ce genre d'outil financier. Il s’agit en fait d’une enveloppe budgétaire accordée par le Conseil de ville au Conseil municipal. Cette somme est allouée à un type de travaux pour quelques années. Les avantages du crédit-cadre sont multiples : flexible, réactif, rapide.

Cet instrument permet d’agir rapidement lors de petits travaux, sans devoir en référer au législatif. Autrement, la décision doit être validée par le Conseil de ville et par les différentes commissions. « Tout ce que ça engendre en termes d’administration, de décision des autorités, c’est assez lourd », souligne le maire Pierre-Arnauld Fueg.

Les compétences du Conseil de ville ne sont donc pas bradées selon le maire. Les responsables des groupes au législatif bruntrutain sont aussi de cet avis. Ils soulignent tous le gain de temps qu’offre le crédit-cadre. Le PLR souligne toutefois qu’il faut être vigilant sur l’utilisation de cet argent qui est destiné à de l’assainissement.

La politique des crédits-cadre a déjà porté ses fruits puisque la ville peut se vanter d’avoir limité les fuites sur son réseau d’eau grâce à de petites interventions liées à des travaux routiers. Le taux de fuite a baissé en quelques années de 42% à 12%. /ncp

Partager
Link
Météo