Vers une commission parlementaire pour Moutier ?

Faut-il créer une commission parlementaire spéciale chargée d’élaborer une offre de partage de souveraineté à l’intention de Moutier et autres communes de la Prévôté ? C’est en tout cas le souhait du groupe CS-POP/Verts au Parlement jurassien. Rémy Meury s’est fait l’auteur d’une motion interne interpartis et urgente en ce sens, qui doit être déposée mercredi au plénum.

L’UDC se manifeste déjà

Seulement voilà, le texte ne fait pas l’unanimité. L’UDC a déjà réagi lundi matin via un communiqué de presse. Le parti agrarien se dit « prêt à accueillir toutes les communes qui se sentent jurassiennes, mais sans devoir payer de dot ou faire des promesses de cadeaux. Etre jurassien, ça ne se vend pas ni ne s’achète ». Le groupe est donc très réservé. Selon Damien Lachat, la majorité des députés UDC ne signera pas cette motion.

Rémy Meury a réagi à ce communiqué. L’auteur CS-POP du texte ne veut pas se mettre un autogoal si de trop fortes réticences surviennent. Le sujet étant délicat, il pourrait donc purement et simplement renoncer à déposer sa motion. Un scénario qui semble d’ailleurs de plus en plus probable. Rémy Meury critique par ailleurs vertement le fait que l’UDC sorte du bois alors que le texte n’est pas encore sur la table des parlementaires.

Réticences au centre et à droite

Du côté des autres forces politiques, le PS se dit au clair. Ses députés signeront la motion, selon le président du parti socialiste Loïc Dobler. Au PCSI, Géraldine Beuchat affirme que le texte ne rencontre pas d’opposition sur le fond. L’urgence de la motion est d’ailleurs acceptée par le parti. Le texte devrait donc être signé par les députés. Au PDC par contre, les avis sont apparemment plus partagés. Selon la présidente du groupe démocrate-chrétien, Anne Froidevaux, il faudrait  avancer plus gentiment et laisser faire le Gouvernement. Même son de cloche au PLR. Le président du groupe libéral-radical, Alain Lachat, ne cache pas les réticences de son parti. Avec la création d’une commission parlementaire – une couche supplémentaire dans ce dossier du vote communaliste – on en ferait un peu trop. Le PLR estime que c’est au Gouvernement jurassien d’agir.

Enfin, du côté du Mouvement autonomiste jurassien, on n’intervient pas dans le travail parlementaire. Son secrétaire général, Pierre-André Comte, souhaite simplement que les discussions soient approfondies pour éviter les bisbilles au Parlement. Alors, motion déposée ou non ? Réponse mercredi… /rch

Partager
Link

Galerie photos liée

26.10.2016
Météo